39 migrants dans un container: "s'ils n'étaient pas morts, ils seraient en prison"

39 migrants dans un container: "s'ils n'étaient pas morts, ils seraient en prison"
39 migrants dans un container: "s'ils n'étaient pas morts, ils seraient en prison" - © Tous droits réservés

Les 39 morts retrouvés dans un camion frigorifique près de Londres dans la nuit de mardi à mercredi étaient des citoyens chinois, confirme la police britannique ce jeudi. Un nouveau drame de l'immigration clandestine qui repose la question: Faut-il ouvrir des voies légales de migration? Pour en parler, deux invités sur le plateau de Ce Qui Fait Débat: Pierre Verbeeren, directeur de Médecins du Monde et David Leisterh, député bruxellois MR.

Déficit d'information et dimension d'exploitation

"Chez Médecins du Monde, on observe énormément de violence sur le parcours migratoire des personnes, une violence qui s'accompagne régulièrement de drames pareils", relève Pierre Verbeeren que les derniers événements n'étonnent guerre. "Monter dans un camion frigorifique et risquer de ne pas y survivre, c'est quelque chose qu'on fait évidemment sans le savoir. Il y a toujours un déficit d'information et une dimension d'exploitation", explique le directeur de MDM.

"Ces personnes sont immanquablement des victimes, qu'elles aient choisi de monter dans ce camion frigorifique ou qu'on les y ait poussées", poursuit Pierre Verbeeren qui observe que "si par le plus grand des bonheurs, on avait pu éviter ce drame et qu'on les avait retrouvées vivantes, notre réaction aurait été de les mettre en prison (...) Il y a quelque chose de l'ordre du traitement de ces brisures de vie qui n'est pas correcte et qu'on doit pouvoir examiner aujourd'hui".

Ouvrir des voies légales de migration?

L'association Médecins du Monde plaide pour l'instauration de voies sûres et légales de migration. "Pour une série de migrants qui décident d'entamer un trajet dangereux, pouvoir demander l'asile ou une protection dans l'ambassade du pays ou celui d'à côté permettrait d'éviter ces trajets extrêmement violents", estime Pierre Verbeeren, qui différencie ces cas de ceux des 39 migrants chinois, renvoyant à des réseaux bien plus organisés et structurés. "Un démantèlement de ces réseaux et une lutte contre l'impunité de ces réseaux est aussi indispensable", explique-t-il.

Pour David Leisterh, le Pacte des Nations Unies ouvre la voie à ces voies légales, indissociables, selon le député libéral, du renforcement de la gestion des frontières. "Pour les migrants arrivant en Belgique, les règles doivent être très claires et rapides", explique-t-il: "oui tu peux rester en Belgique, oui on a besoin de toi, ou non il faut que tu retournes". "Par rapport à la migration économique, il y a aussi une obligation de vérité, poursuit David Leisterh: "Par exemple, à Bruxelles où le chômage est très présent, il faut pouvoir expliquer à ceux qui sont là que des places vont être prises par des personnes venant d'un autre pays. Politiquement, ce n'est pas si simple, et l'on voit les conséquences que cela peut avoir avec une récupération politique et populiste des partis d'extrême droite utilisant ce terreau".

Pierre Verbeeren en appelle sur ce point à plus de pédagogie politique: "ce ne sont pas les mêmes emplois que les migrants prennent", explique-t-il. "Et généralement, on le voit, les migrants sont dans une démarche de création nette d'activités", conclut le directeur de Médecins du Monde. 

CDFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK