30 ans après l'attentat de Lockerbie, l'enquête continue

Abdel Basset Ali Al-Megrahi est escorté par des officiers de la sécurité avant de comparaître devant la Cour suprême du Royaume-Uni le 18 Février 1992
Abdel Basset Ali Al-Megrahi est escorté par des officiers de la sécurité avant de comparaître devant la Cour suprême du Royaume-Uni le 18 Février 1992 - © MANOOCHER DEGHATI - AFP

Le 21 décembre 1988, un avion explosait au-dessus de la ville de Lockerbie en Ecosse. 270 personnes ont péri dans l’attentat: les 259 passagers et membres d’équipage qui se trouvaient à bord du vol de la compagnie Pan Am World Airways et 11 Écossais tués au sol par la chute des débris de l’appareil. En 2001, un Libyen a été condamné pour l’attaque la plus mortelle jamais perpétrée au Royaume-Uni. Mais, 30 ans après les faits, la condamnation de cet homme décédé en 2012 fait polémique et l’enquête se poursuit. 

L'agent des services de renseignements libyens condamné a toujours clamé son innocence. Certaines familles de victimes restent persuadées qu'Abdel Basset Ali Al-Megrahi a effectivement été accusé à tort de l'attentat de la Pan Am au-dessus de Lockerbie. Remis en liberté pour raisons médicales en 2009, Al-Megrahi est décédé en 2012 en Libye. Il y a deux ans, sa famille a entamé une procédure pour faire appel de sa condamnation. Depuis mai dernier, une commission écossaise passe en revue les preuves retenues contre lui en vue d'un éventuel procès en appel de manière posthume. En parallèle, les investigations se poursuivent. Les enquêteurs espèrent pouvoir questionner deux hommes emprisonnés en Libye. L'un d'entre eux est l'ancien bras droit de Mouammar Kadhafi, le dictateur libyen tué en 2011.

Archives : Journal télévisé 31/01/2001

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK