25 ans de la chute du Mur: des milliers de ballons dans le ciel de Berlin

25 ans de la chute du Mur: des milliers de ballons dans le ciel de Berlin
3 images
25 ans de la chute du Mur: des milliers de ballons dans le ciel de Berlin - © ROBERT MlCHAEL - BELGAIMAGE

Des milliers de ballons s'envolaient dimanche soir dans le ciel de Berlin au son de l'Ode à la joie de Beethoven et sous les vivats de la foule, final spectaculaire d'un week-end commémorant le 25e anniversaire la chute du Mur, a constaté l'AFP.

Plusieurs centaines de milliers de personnes étaient massées à la Porte de Brandebourg et dans tout le centre de Berlin pour assister au lâcher de quelque 7000 ballons lumineux sur une portion de 15 km de l'ancien tracé du Mur qui a divisé Berlin du 13 août 1961 au 9 novembre 1989.

"Nous nous inclinons devant la détermination" des manifestants est-allemands qui ont eu le courage de descendre dans la rue pour réclamer plus de libertés il y a 25 ans, a lancé le maire de Berlin, Klaus Wowereit, à la Porte de Brandebourg. "Nous sommes un peuple heureux!", a-t-il ajouté avant que le premier ballon ne s'envole.

Juste auparavant la foule avait ovationné l'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, 83 ans, largement crédité d'avoir permis la réunification allemande, scandant "Gorbi, Gorbi!". Longuement applaudi aussi: l'ancien leader du syndicat polonais Solidarnosc, Lech Walesa.

Puis la Staatskapelle, l'orchestre dirigé par l'Israélo-Argentin Daniel Barenboïm, a commencé de jouer l'Ode à la joie, l'hymne de l'Union européenne, dans un moment de grande émotion.

La clameur de la foule continuait dans les rues de Berlin et prenait même de l'ampleur à chaque fois qu'un nouveau ballon s'envolait.

"La chute du Mur de Berlin a montré que les rêves peuvent devenir réalité", a jugé la chancelière Angela Merkel au cours de cette journée de commémorations.

Samedi déjà, de nombreux Berlinois se sont rendus sur le site, en famille ou entre amis. A la nuit tombée, certains arboraient des lampes frontales pour mieux suivre le tracé d'un Mur qui entourait Berlin-Ouest sur 155 km, faisant de la ville une île au coeur de la RDA.

Roses au pied du Mur

De nombreux touristes se sont également massés samedi sur la Potsdamer Platz, un no man's land avec miradors et barbelés durant la partition de Berlin, et qui aligne désormais tours futuristes et centres commerciaux.

Ces commémorations ont "une grande importance pour moi car la chute du Mur a marqué mon histoire personnelle", explique à l'AFP Ronny Kraft, 34 ans, originaire de l'ancienne Allemagne de l'Est. "Je ne serais sans doute pas à Berlin, s'il n'y avait pas eu la chute du Mur et j'habite en outre quasiment le long de son ancien tracé", ajoute ce Berlinois né à Görlitz, à la frontière germano-polonaise. Il a d'ailleurs prévu de se rendre dimanche au Mémorial du Mur où la chancelière doit inaugurer une nouvelle exposition permanente.

Avant, elle déposera une gerbe de roses au pied du Mur, en souvenir des plus de 130 personnes tuées entre le 13 août 1961 et le 9 novembre 1989.

La dirigeante conservatrice, qui a entamé sa carrière politique dans la sillage du 9 novembre 1989, doit également participer à un service œcuménique dans "la chapelle de la réconciliation" où sont données depuis 2005 des prières pour les victimes du Mur.

Elle doit aussi se rendre dans la journée à un concert à l'orchestre de la Staatskapelle, sous la direction de l'Israélo-Argentin Daniel Barenboim, avant de rejoindre la Porte de Brandebourg où se tiendra une immense fête populaire avec plusieurs concerts, notamment du Britannique Peter Gabriel.

Le 9 novembre 1989, après des semaines de manifestations monstres d'Allemands de l'Est réclamant plus de liberté, le régime communiste avait annoncé par surprise que ses ressortissants pourraient désormais voyager à l'étranger.

Quelques heures plus tard, les gardes-frontière de Berlin-Est, débordés, avaient ouvert le Mur.

AFP

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK