200 millions de doses d'un futur vaccin BioNtech/Pfizer : les discussions avancent avec l'UE

200 millions de doses d'un futur vaccin BioNtech/Pfizer : les discussions avancent avec l'UE
200 millions de doses d'un futur vaccin BioNtech/Pfizer : les discussions avancent avec l'UE - © DOMINICK REUTER - AFP

La Commission européenne a annoncé mercredi avoir bouclé des discussions préliminaires avec l'alliance germano-américaine BioNTech-Pfizer, en vue d'un contrat d'achat anticipé de 200 à 300 millions de doses d'un potentiel vaccin contre le Covid-19.

BioNTech-Pfizer devient ainsi la sixième firme avec laquelle l'exécutif européen conclut de tels pourparlers préliminaires. La Commission a déjà bouclé cette phase avec Sanofi-GSK, Johnson & Johnson, CureVac et Moderna, tandis qu'un contrat d'achat anticipé a déjà pu être signé avec AstraZeneca, le tout pour près de 1,5 milliard de doses à réserver.

AstraZeneca a toutefois annoncé mardi la suspension de ses essais cliniques après le développement d'un malaise non expliqué par un des volontaires à la vaccination, une procédure standard dans les tests de vaccins pour s'assurer que les versions expérimentales ne causent pas de réactions graves parmi les volontaires.

Un lot initial de 200 millions de doses pour les Etats membres

Avec BioNTech-Pfizer, la Commission table sur la possibilité de réserver un lot initial de 200 millions de doses d'un potentiel vaccin, au nom de tous les États membres, avec option pour 100 millions de doses supplémentaires, le tout une fois démontrées la sûreté et l'efficacité du vaccin.

"Nos chances de développer et distribuer un vaccin sûr et efficace n'ont jamais été aussi élevées, tant pour les Européens, ici chez nous, que pour le reste du monde", a commenté la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, dans un communiqué.

En diversifiant ainsi ses partenariats, l'UE accentue ses chances d'obtenir un accès privilégié au(x) futur(s) vaccin(s), en échange d'avances couvrant une partie du risque à l'investissement et permettant d'accroître la capacité de production de l'entreprise.

Une phase de tests à grande échelle avec plus de 25.000 personnes

Concernant Pfizer, le site de Puurs (province d'Anvers) est concerné par le développement du vaccin. Un haut fonctionnaire européen affirmait en ce début de semaine encore que le vaccin BioNtech-Pfizer pourrait être l'un des premiers disponibles au monde, tandis que la firme dit envisager de premières fournitures dès cette fin d'année.

L'alliance BioNTech-Pfizer a entamé fin juillet une phase (dite 2/3) de tests à grande échelle avec plus de 25.000 personnes à travers le monde. A l'en croire, si le processus évolue comme prévu, une demande d'accès au marché pourrait être introduite en octobre. La firme mettrait ainsi en fin d'année une centaine de millions de doses sur le marché, une production qui grimperait à 1,3 milliard de doses pour fin 2021.

Les Etats-Unis avaient annoncé le 22 juillet payer 1,95 milliard de dollars pour obtenir 100 millions de doses du potentiel vaccin BioNtech/Pfizer. Le Japon a également conclu un accord avec les deux entreprises pour s'assurer 120 millions de doses.

Archives JT du 26/08/2020 - Covid : les candidats engagés dans la course au vaccin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK