1800 manifestants et des vitrines brisées pour l'acte 44 des gilets jaunes à Nantes

La quarante-quatrième manifestation des gilets jaunes a rassemblé 1800 personnes à Nantes (ouest de la France), selon la police. Un rassemblement émaillé d'incidents entre les forces de l'ordre et certains manifestants, dans une ville marquée par la disparition puis la mort de Steve Maia Caniço, un animateur scolaire de 24 ans, après une charge policière, en juin. Le collectif "Justice pour Steve" avait d’ailleurs appelé à rejoindre le cortège.

A 18h, les forces de l’ordre avaient procédé à une trentaine interpellations en marge de la manifestation : des mortiers ont été découverts, et une centaine de parapluies, ainsi qu’un extincteur, ont été saisis. Des vitrines ont été brisées.

Un homard géant en papier mâché, en référence aux homards de l'affaire François de Rugy (par ailleurs député de la circonscription), avait été préparé et emporté sur le lieu de la manifestation par camion. Mais la police l'a saisi, selon plusieurs médias, déclenchant la colère de certains manifestants, qui se sont mis à chanter "Libérez le homard !", selon le média indépendant Taranis News. Il est également question de crustacés dans les slogans tagués sur les panneaux de bois qui protègent les vitrines : "Moins de costards, plus de homards", rapporte France Bleu Loire Océan.

Selon France Bleu Loire Océan, les forces de l’ordre ont lancé des gaz lacrymogènes, auxquels des manifestants, très éparpillés, ont répondu par des jets de pierres. Vers 17h30, les forces de l'ordre repoussaient les manifestants qui tentaient de remonter le Cours-des-50-Otages, en centre-ville, et se sont déployées autour du centre hospitalier, sur les bords de la Loire.


►►► À lire aussi: Disparition de Steve: pas de "lien entre l'intervention de la police et la disparition" selon Edouard Philippe


La dernière manifestation de grande ampleur à Nantes avait eu lieu le 3 août dernier, quelques jours après la découverte du corps de Steve Maia Caniço : au moins 1700 manifestants avaient protesté contre "les violences policières". Dans le même temps ce samedi, des militants ont investi le terminal 1 de l'aéroport d'Orly à Paris, pour protester contre le projet de privatisation des Aéroports de Paris.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK