15.000 cas supplémentaires de coronavirus en Chine : comment expliquer cette augmentation?

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus est désormais de près de 60.000 personnes en Chine. C’est beaucoup plus que les 45.000 cas annoncés précédemment. Cela s’explique par l’évolution des critères permettant de diagnostiquer le coronavirus.

Diagnostiquer sans test clinique

Jusqu’ici les cas d’infection étaient confirmés par des tests en laboratoire permettant de déceler le génome du virus et les résultats n’étaient parfois disponibles qu’au bout de plusieurs jours. Emmanuel André est microbiologiste et professeur de médecine à la KU Leuven, il explique : "Il y avait une saturation des laboratoires chinois, désormais un diagnostic peut être posé avec des méthodes alternatives comme des scanners pour ce qui concerne les personnes hospitalisées. Pour les personnes qui ne requièrent pas d’hospitalisation, on ne fait plus de test clinique. On considère le fait de présenter certains symptômes - et encore plus lorsqu’on a été en contact avec des personnes infectées- suffisant pour être atteint du coronavirus."

On passe donc à côté de moins de cas. Il ne faut pas faire de test laboratoire à tout le monde. Les personnes avec des symptômes modérés sont incluses ce qui fait augmenter le nombre d’infections. Il n’y a pas forcément plus de nouveaux cas mais les critères du diagnostic sont plus larges.

Méthode similaire au diagnostic de la grippe

Lors du début d’une épidémie de grippe en Belgique, on effectue des tests en laboratoire pour confirmer qu’il s’agit bien de la grippe. A partir du moment où l’épidémie est bien installée, les médecins généralistes n’effectuent plus un test en laboratoire pour diagnostiquer une grippe. Certains symptômes suffisent pour considérer que le patient est atteint d’une grippe.

Le professeur Emmanuel André compare la situation belge et chinoise : " ujourd’hui en Belgique pour diagnostiquer le coronavirus on fait des prélèvements au niveau du nez ou de la gorge pour recherche le matériel génétique du virus en laboratoire. S’il y avait des milliers de cas en Belgique, on pourrait également ne plus dépister tout le monde de manière clinique, on réserverait cela aux cas les plus graves." On utiliserait alors les mêmes critères de diagnostic qu’en Chine aujourd’hui.

On est encore très loin de ce scénario. En Belgique, seul un cas confirmé de coronavirus est aujourd’hui pris en charge à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles et 10 personnes se trouvent en isolement à Neder-Over-Heembeek. Pour rappel, les symptômes du coronavirus sont une fièvre supérieure à 38 °C, des quintes de toux, une grande fatigue ainsi que des douleurs musculaires. Dans des cas plus sévères, il peut y avoir des difficultés respiratoires.

Mais attention, pas de panique. Il peut aussi s’agir d’une grippe classique, nous sommes en pleine épidémie.

 

Sujet du JT du 13/02/2020 - Les méthodes de détection

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK