11-Septembre: B. Obama craint plutôt un "loup solitaire" qu'une attaque massive

Le président Barack Obama, un cornet de glace à la main, parle à une fillette dans les bras de son père, lors d'une visite à Dewitt, dans l'Iowa, le 16 août 2011.
Le président Barack Obama, un cornet de glace à la main, parle à une fillette dans les bras de son père, lors d'une visite à Dewitt, dans l'Iowa, le 16 août 2011. - © Jim Watson (AFP)

Le président américain Barack Obama a estimé mardi qu'il fallait moins craindre une opération terroriste "massive" et "organisée" qu'une attaque menée par un "loup solitaire" à quelques jours du dixième anniversaire des attentats du 11-Septembre.

"Le scénario le plus probable contre lequel il faut se prémunir c'est une opération menée par un 'loup solitaire' plutôt qu'une attaque terroriste massive, bien coordonnée", a-t-il dit sur CNN dans le cadre d'une tournée en autocar à-travers trois Etats clés du nord du pays.

"Nous devons néanmoins rester vigilants. Dorénavant, nous ne baissons jamais la garde, c'est dans la nature même de notre tâche", a dit Barack Obama qui a appelé à des mesures de sécurité "très importantes" et à une "vigilance supérieure" à l'approche des dix ans du 11-Septembre.

Le président américain était interrogé sur les risques d'attentats qui pourraient être menés pour marquer cet anniversaire ou pour riposter au raid qui a tué Oussama Ben Laden.

Barack Obama a affirmé que les responsables américains "surveillaient les risques potentiels en permanence" et que les campagnes menées par les Etats-Unis avaient fait d'Al-Qaïda une "organisation bien plus fragile avec des capacités bien moindres qu'il y a deux ou trois ans".

"Le risque qui nous inquiète particulièrement en ce moment c'est celui du 'loup solitaire', quelqu'un qui est capable de mener un massacre à grande échelle avec seulement une arme, comme cela s'est passé en Norvège récemment", a-t-il avancé en référence au Norvégien Anders Behring Breivik accusé d'avoir fait 77 morts à Oslo le 22 juillet.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK