Liberté d'expression: Biden regrette une Turquie qui ne montre pas "l'exemple"

Le vice-président américain Joe Biden à Kiev le 7 décembre 2015
Le vice-président américain Joe Biden à Kiev le 7 décembre 2015 - © Sergey SUPINSKI

Le vice-président américain Joe Biden a estimé que la Turquie ne montrait pas l'exemple en matière de liberté d'expression, dénonçant les intimidations qui visent la presse ou les critiques du régime, vendredi au premier jour d'une visite à Istanbul.

"Quand les médias sont intimidés ou les journalistes emprisonnés (...) et que plus de 1000 universitaires sont accusés de trahison simplement pour signer une pétition, ce n'est pas un bon exemple à donner", a déclaré Biden au début d'un entretien avec des représentants de la société civile turque.

"Si vous n'avez pas la possibilité d'exprimer votre opinion et de critiquer une politique, d'offrir une alternative sans craindre l'intimidation et la punition, alors votre pays est privé d'opportunités", a poursuivi le vice-président américain devant six universitaires, éditorialistes ou journalistes turcs proches de l'opposition.

"Ce ne sont pas des idées nouvelles pour le peuple de Turquie, elles sont inscrites dans votre constitution", a-t-il poursuivi, "nous voulons que la Turquie montre un exemple fort, pour toute la région, de ce que signifie une démocratie active".

Depuis la semaine dernière, le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan s'en prend avec virulence à plus d'un millier d'intellectuels turcs qui ont signé une pétition dénonçant des "massacres" commis par l'armée contre les civils pendant ses opérations contre les rebelles kurdes dans le sud-est du pays.

Des poursuites judiciaires et des enquêtes disciplinaires ont été lancées contre les pétitionnaires, provoquant un tollé en Turquie et à l'étranger.

Au pouvoir depuis 2003, Erdogan est régulièrement accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire et islamiste. Il est régulièrement épinglé par les ONG pour ses atteintes à la liberté de la presse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK