La Chine vote une loi pour réduire les devoirs des enfants afin de convaincre les parents de procréer plus

La Chine a voté samedi une loi pour limiter les devoirs et les cours extrascolaires, une initiative qui entend réduire la lourde pression qui pèse sur les élèves. Au nom de la protection de la jeunesse, le gouvernement a édicté ces derniers mois plusieurs règles paternalistes visant à lutter contre les activités qu’il juge néfastes pour le développement de l’enfant. Il avait déjà interdit aux mineurs de jouer plus de trois heures par semaine aux jeux en ligne pour lutter contre l’addiction et avait réduit drastiquement le recours aux cours privés de soutien scolaire.

L’idolâtrie des célébrités, les émissions de télévision "vulgaires" et les artistes "efféminés" aussi dans le collimateur

Ces dernières semaines, le pouvoir a également pris des mesures plus idéologiques contre l’idolâtrie des célébrités, les émissions de télévision jugées "vulgaires" et les artistes "efféminés".

"Les parents […] doivent répartir de façon raisonnable le temps consacré aux études, au repos, au divertissement et à l’activité physique afin de ne pas alourdir leur charge en matière d’apprentissage et d’éviter toute dépendance à internet." Cette loi dite de "promotion de l’éducation familiale" entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

Le système scolaire est très sélectif en Chine. Les Chinois se préparent depuis l’enfance au passage, à 18 ans, du concours d’entrée à l’université, qui détermine leur avenir. De nombreux parents dépensent des fortunes pour placer leurs enfants dans les meilleures écoles ou les inscrire à des cours particuliers, ce qui pèse sur leurs finances.

Face au vieillissement de la population, la Chine cherche à inverser la tendance et autorise désormais les couples à avoir trois enfants. Face à la réticence des parents, refroidis par les coûts relatifs à l’éducation, les autorités espèrent les convaincre de procréer en tentant notamment de réduire la charge scolaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK