Des Sud-coréennes à l'assaut du diktat de la beauté

Des Sud-coréennes à l'assaut du diktat de la beauté ?
Des Sud-coréennes à l'assaut du diktat de la beauté ? - © Flickr / Mike Rowe

Deux heures, c’est ce que sacrifiait Yim Ji-su, jeune étudiante sud-coréenne chaque matin pour son maquillage. Une situation vécue par beaucoup de jeunes femmes en Corée du Sud, qui décident, de plus en plus, d’arrêter l’utilisation des produits de beauté et se coupent les cheveux pour se rebeller contre une société dominée par les hommes.

Le pays asiatique, surtout connu pour la firme Samsung, compte parmi les nations où se trouvent le plus d’inégalités. La Corée du Sud possède l’un des pires écarts de salaires entre hommes et femmes et occupe le 115e rang sur 149 pays parmi les pays développés, d’après le rapport 2018 du Global Economic Gap publié par le Forum économique mondial.

Nous ne sommes pas des poupées, nous sommes des êtres humains

Face à cette disparité flagrante, de plus en plus de mouvements féministes s’attaquent à tout ce qu’ils considèrent comme des instruments de servitude. En premier lieu, le maquillage.

Les Sud-Coréennes se rebellent contre les idéaux de beauté qui perdurent depuis longtemps. En se coupant les cheveux et en stoppant les produits cosmétiques, elles expriment ainsi leur ras-le-bol vis-à-vis d’une société ultra-patriarcale. « Nous ne sommes pas des poupées, nous sommes des êtres humains », a déclaré Yim à la Fondation Thomson Reuters.

Mais ce mouvement n’est pas le premier du genre. En 2018, le mouvement « Escape the corset » dénonçait déjà les inégalités et le mal-être que vivent certaines femmes.

Celui-ci appelait les femmes sud-coréennes à être naturelles et abandonner le maquillage et la chirurgie esthétique, une pratique également très répandue. En 2017, la Corée du Sud occupait le cinquième rang des pays pratiquant le plus d’opérations de chirurgies esthétiques.

D’après un sondage de l’institut Gallup Korea réalisé en 2015, un tiers des Coréennes âgées de 19 à 29 ans ont déjà subi une intervention chirurgicale.

Une youtubeuse coréenne a d’ailleurs dénoncé cela à travers une vidéo sur laquelle elle se maquille et se démaquille ensuite, le tout accompagné de messages haineux de la part des internautes.

La Corée du Sud est devenue l’un des dix plus importants marchés mondiaux de la beauté. Les récents mouvements de boycott de produits cosmétiques, ne devraient pas affecter le secteur de la K-beauty car, malgré ce type de mouvements, Mintel, la société privée d’études de marché, indique que la K-beauty devrait atteindre une valeur marchande de 11,4 milliards de dollars en 2019, contre 10,7 milliards de dollars en 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK