Combats en Birmanie: 164 000 Rohingyas ont fui le pays

Les Rohingyas n'ont pas accès au marché du travail et leurs déplacements sont limités, ce qui les rend dépendants de l'aide alimentaire.
Les Rohingyas n'ont pas accès au marché du travail et leurs déplacements sont limités, ce qui les rend dépendants de l'aide alimentaire. - © K M ASAD - AFP

En moins de deux semaines, quelque 164 000 personnes, la plupart des musulmans rohingyas, ont fui les violences en Birmanie pour se réfugier au Bangladesh voisin, a annoncé jeudi l'ONU, craignant une crise humanitaire.

"On en est à 164 000" depuis le 25 août, a annoncé à l'AFP Vivian Tan, porte-parole du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Ces habitants fuient les violences dans leur région de l'ouest de la Birmanie depuis des attaques contre des postes de police le 25 août commises par les rebelles de l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui dit vouloir défendre les droits bafoués de la minorité musulmane rohingya.

Depuis, l'armée birmane a lancé une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, l'État Rakhine, poussant des dizaines de milliers de personnes sur les routes. Dernier bilan selon l'armée birmane ce jeudi : plus de 430 morts principalement des "terroristes" rohingyas.

Outre le manque de vivres et d'espace dans des camps déjà surpeuplés au Bangladesh, l'état de santé des nouveaux réfugiés inquiète, en pleine saison des pluies. Certains arrivent blessés dans l'explosion de mines côté birman.

80 000 enfants souffrent de malnutrition

Les ONG internationales comme le Programme alimentaire mondial (PAM) ne peuvent plus distribuer de vivres côté birman, alors que dans cette région, plus de 80 000 enfants souffrent de malnutrition et quelque 120 000 Rohingyas vivent dans des camps à Sittwe depuis des violences interconfessionnelles en 2012.

Les Rohingyas n'ont pas accès au marché du travail et leurs déplacements sont limités, ce qui les rend dépendants de l'aide alimentaire.

Sur la scène internationale, les critiques se font de plus en plus vives contre Aung San Suu Kyi, la prix Nobel de la paix qui dirige de facto le gouvernement birman, pour son silence sur le sort de cette minorité.

Malgré des décennies de restrictions et de persécutions en Birmanie, où cette minorité musulmane est marginalisée et considérée comme étrangère, les Rohingyas n'avaient jusqu'à octobre 2016 que très peu recouru à la lutte armée.

Mais la donne a radicalement changé en octobre. Depuis, la région du nord de l'État Rakhine est bouclée par l'armée et aucun journaliste ne peut s'y rendre de façon indépendante.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK