Brésil: les avocats de Dilma Rousseff vont saisir la Cour suprême

Les avocats de la présidente brésilienne Dilma Rousseff saisiront ce mardi la Cour suprême pour faire annuler la procédure de destitution à son encontre, à la veille d'un vote décisif du Sénat qui pourrait l'écarter provisoirement du pouvoir.

Les avocats, qui représentent juridiquement la présidente de gauche et son gouvernement, ont annoncé qu'ils demanderaient "l'annulation du processus de destitution".

Le Sénat brésilien a repris en main mardi la procédure de destitution, au lendemain d'une journée de chaos institutionnel à rebondissements.

Lundi, le président du Sénat Renan Calheiros est passé outre la décision "intempestive" du président en exercice du Congrès des députés, Waldir Maranhao, qui avait annulé à la surprise générale le vote des députés ayant approuvé le 17 avril le renvoi au Sénat de la procédure de destitution de Mme Rousseff. Accédant à un recours de l'avocat de Mme Rousseff, M. Maranhao alléguait que le vote de l'assemblée plénière des députés constituait un "pré-jugement" de la présidente et "portait atteinte à sa pleine défense".

Sa décision avait plongé Brasilia dans le plus totale confusion. En fin de soirée, M. Maranhao, pressé de toutes parts, avait annulé sa propre annulation de la procédure de destitution, sans plus d'explications.

Les 81 sénateurs brésiliens se réuniront mercredi à partir de 9h00 (14h00 heure belge) en séance plénière pour se prononcer sur l'ouverture formelle d'un procès en destitution de l'impopulaire dirigeante de gauche pour maquillage présumé des comptes publics. Un vote à la majorité simple suffit et l'issue ne fait pratiquement plus aucun doute: une cinquantaine de sénateurs sur 81 ont anticipé un vote défavorable à Mme Rousseff, 68 ans, première femme élue à la tête du plus grand pays d'Amérique latine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK