Plainte pour position dominante aux Etats-Unis : pourquoi Google apparaît encore et toujours incontournable ?

Après l’Europe, Google fait désormais l’objet d’une plainte pour abus de position dominante par les autorités américaines qui ont déclenché la principale action judiciaire depuis près de 20 ans contre l’un des piliers technologiques du pays.

Pour Nicolas Van Zeebroeck, professeur en Technologie et Innovation à la Solvay Business School, cette plainte n’arrive pas par hasard. "Depuis quelques mois, la classe politique américaine a pris le problème de la domination des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Amazon) à bras-le-corps et a décidé d’intervenir. C’était assez attendu et cela ressemble à l’affaire Microsoft où l’Europe avait dégainé la première avant d’être suivie outre-Atlantique."

La plainte accuse Google de forcer les consommateurs et les annonceurs à utiliser son moteur de recherche sur des appareils mobiles qui utilisent le système d’exploitation Android via des applications qu’il est impossible d’effacer, ce qui restreint considérablement la concurrence.

Précédent européen

L’Europe a déjà condamné plusieurs fois Google pour des raisons similaires. En tout, l’ensemble des amendes dépasse les 9 milliards de dollars. Mais même si le moteur de recherche a déjà été sévèrement sanctionné en Europe, le moteur de recherche reste incontournable.


►►► À lire aussi : Accusé de monopole par l’UE, Google réplique : "Vous menacez l’innovation sur internet"


Côté américain, l’action entamée par le département américain de la Justice vise un point précis. "L’angle d’attaque est en fait très similaire à celui qui a été retenu à charge contre Microsoft", souligne Nicolas Van Zeebroeck. La justice reproche à Google d’utiliser sa position de moteur de recherche par défaut pour asseoir sa position de numéro 1. "C’est exactement ce qu’on a reproché à Microsoft à l’époque quand l’entreprise imposait aux constructeurs d’ordinateurs son navigateur Internet Explorer comme navigateur par défaut."

Tête de gondole

En agissant de la sorte, Google se place en position de force, un peu comme une marque qui paie un montant à un supermarché pour pouvoir placer ses produits en tête de gondole ou en bonne place dans les rayons pour se placer stratégiquement. "Dans la grande distribution, ce genre de pratique est courante, précise Nicolas Van Zeebroek. Mais ici, ce n’est pas juste que Google se place un peu mieux que les autres pour être plus visible. Google prend toute la place parce qu’il apparaît systématiquement comme moteur de recherche par défaut dans pratiquement tous les navigateurs. Et donc, il est impossible de ne pas passer par Google."

Google sait ce que le consommateur aime et à quoi il répond favorablement quand on lui propose des choix. C’est ce qui le rend très efficace aux yeux de ses utilisateurs.

Les alternatives à Google existent pourtant, mais peinent véritablement à exister notamment parce que c’est très difficile d’être visible sur ce marché. "Google est présent quand vous achetez un téléphone portable et c’est très difficile de se dire après que vous allez trouver autre chose et le configurer vous-même", indique le professeur à la Solvay Business School. À cela s’ajoute le fait que Google se vante de proposer le moteur de recherche le plus efficace. "Il sait ce que le consommateur aime et à quoi il répond favorablement quand on lui propose des choix", constate Nicolas Van Zeebroeck. "Il peut donc affiner ses résultats et ses algorithmes. C’est ce qui le rend très efficace aux yeux de ses utilisateurs."

Quelle alternative à Google ?

Les alternatives à Google sont multiples, mais peinent à exister. Il y a BING de Microsoft qui fonctionne un peu comme le modèle commercial de Google. Mais il y en a d’autres comme DuckDuckGo ou Qwant qui ont fait le choix de ne pas miser tout le modèle sur la publicité ciblée et donc le profilage et la récolte de données de l’utilisateur. "Ces modèles fonctionnent et ceux qui les utilisent se disent généralement assez satisfaits, rappelle Nicolas Van Zeebroeck. Mais les deux grosses forces de Google sont d’abord son écosystème c’est-à-dire que Google offre beaucoup plus qu’un moteur de recherche mais un système tout à fait intégré assez captif parce qu’il est très confortable en combinant la recherche avec plein d’autres choses." Il y a aussi le fait que Google connaisse tellement de choses sur nous, à la fois individuellement et collectivement. "Les réponses de Google sont souvent très pertinentes parce qu’elles tiennent compte du contexte et de qui on est. Cette capacité de personnaliser le résultat de recherche à l’extrême apporte en réalité un certain confort pour l’utilisateur malgré tout."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK