Un nouveau traitement pour lutter contre Ebola en RDC

C’est une lueur d’espoir pour les malades victimes d’Ebola, la fièvre hémorragique qui a officiellement tué, en un an, près de 1900 personnes en République Démocratique du Congo. Un nouveau traitement réduirait le taux de mortalité lié à Ebola de manière significative, en augmentant les chances de guérisons de certains patients.

En réalité, c’est le quatrième traitement testé pour contrer la maladie. Sur les trois autres traitements, un seul avait permis de développer une molécule efficace. Cette deuxième molécule a l’air de montrer une bonne efficacité également, ce qui représente un espoir pour les patients. Comme l’explique Axelle Ronsse, coordinatrice des activités Ebola chez Médecins sans frontières, on ne peut donc plus dire qu’il n’y a pas de traitement pour traiter Ebola : "Il y en a maintenant deux. Mais ce qui est très important, c’est que le patient doit arriver très tôt dans le déroulé de sa maladie pour pouvoir en bénéficier, car c’est comme pour n’importe quelle maladie… Si elle est déjà avancée, le traitement n’aura pas l’effet escompté. Mais dans l’ensemble, ça va augmenter les chances de guérison de certains patients".

Un taux de mortalité qui chute de 30%

Suite à l’utilisation de ce nouveau traitement, le taux de mortalité est en train de descendre en RDC. "Il tournait autour de 60-70% pour les personnes atteintes, explique Axelle Ronsse, et il semblerait qu’on descende maintenant à 30-40% de mortalité. C’est quand même une belle progression."

Pratiquement, le traitement donne l’avantage d’être administré assez facilement : "Les deux traitements qui ont été retenus sont des traitements unidose, qui s’injectent en une demi-heure pour l’un et en une heure pour l’autre, alors que les deux autres étaient un peu plus difficiles à administrer et sur une durée plus longue. Maintenant, ce qui reste important, c’est que ces traitements soient disponibles et produits en quantité suffisante pour pouvoir traiter le nombre de patients".

Efficace uniquement pour la souche Ebola Zaïre

Il est important de préciser qu’il existe différentes souches de la maladie Ebola, qui requièrent chacune des traitements différents. Cette nouvelle molécule concerne la souche Ebola Zaïre, qui sévit actuellement en République démocratique du Congo. Elle ne serait pas efficace, par exemple, pour la souche d’Ebola Soudan.

L’objectif, à présent, est de guérir les patients, mais aussi de miser sur la prévention. D’après Axelle Ronsse, cette dernière est essentielle, même si elle est difficile à mettre en place : "On essaye de développer l’engagement communautaire. Il faut absolument avoir la communauté à bord. La communauté, cela représente tous les gens de la région qui peuvent être touchés par la maladie. Et il s’agit de pouvoir leur expliquer ce que c’est, de leur présenter les symptômes pour qu’ils puissent se rendre rapidement en centre de traitement en cas de contagion. Il faut également leur expliquer comment ça se dissémine, comment éviter de contaminer les autres, etc. Tout cela est difficile à mettre en place depuis le début de l’épidémie, or ce sera la clé pour en venir à bout".

 

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK