Réouverture partielle de la frontière entre le Rwanda et la RDC : un début de soulagement pour les commerçants

Le petit commerce transfrontalier a repris entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC). Ces derniers jours, les autorités locales congolaises et rwandaises se sont mises d’accord pour autoriser le passage à certaines catégories de population à quatre postes-frontières, après près de huit mois de fermeture due à la crise du coronavirus. Objectif : faciliter les échanges et atténuer les difficultés économiques des communautés locales.

A moto, à vélo ou à pied, les petits commerçants de Rubavu passent un à un devant les agents de l’immigration rwandaise. Chargés de sacs d’oignons ou de pomme de terre, ils ne sont plus qu’à quelques mètres de la ville de Goma, en République démocratique du Congo, où ils pourront écouler leurs marchandises. Après les mois de fermeture, le poste frontière dit "de la Petite Barrière" a partiellement rouvert le 5 novembre dernier, au grand soulagement des heureux élus autorisés à reprendre leurs activités : les étudiants, les enseignants, les médecins et surtout les commerçants regroupés en coopératives.

"Sans la frontière avec le Congo, il n’y a pas de vie"

"Je ne trouve même pas les mots pour exprimer ma joie", lance Ramedi Bizimana, assis sur une moto rouge surchargée de sacs de légumes. "Ici, à Rubavu, sans la frontière avec le Congo, il n’y a pas de vie. Si tu passes une seule journée sans traverser cette frontière, ta vie est complètement perturbée", poursuit-il. Membre d’une coopérative de transporteurs transfrontaliers, ce père de famille passait au Congo jusqu’à cinq fois par jour avec différents chargements avant la crise du coronavirus, ce qui lui permettait de gagner juste assez d’argent pour nourrir sa femme et ses enfants. La fermeture prolongée de la frontière a donc pesé lourdement sur son ménage.

"Etant donné que les cas de Covid-19 ont baissé, nous avons décidé d’aider les petits commerçants et les personnes qui dépendent de services essentiels de part et d’autre de la frontière", explique Alphonse Munyentwali, le gouverneur de la province de l’ouest du Rwanda, saluant une coopération efficace avec les autorités congolaises.

Des mesures préventives qui ont un coût

2 images
Des pousseurs poussent des chariots remplis de légumes vers le poste frontière de la Petite Barrière. © Laure Broulard

Le Rwanda semble en effet avoir jusqu’ici réussi à contenir la maladie avec succès, ne comptant plus qu’environ 300 cas actifs selon les données du gouvernement, tandis que de l’autre côté de la frontière, au Nord-Kivu, les autorités ont enregistré environ un millier de malades depuis le début de l’épidémie. Mais aucun risque n’est pris : toute personne traversant la frontière doit présenter un test négatif vieux de moins de deux semaines et lavage de main comme la prise de température sont obligatoires.

"C’est beaucoup plus compliqué qu’avant. Aujourd’hui, il faut se mettre en coopérative, obtenir un laissez-passer à 10 euros et se faire tester. C’est trop cher pour beaucoup de gens", explique Jeannette Mugisha, qui part vendre des carottes et des pommes de terre au Congo pour ensuite ramener du soja et du sorgho au Rwanda.

De 50.000 à 300 passages par jour

Auparavant, les communautés transfrontalières pouvaient traverser sur simple présentation de leur carte d’identité et rester 24 heures dans le pays voisin. L’activité est donc loin d’avoir retrouvé le rythme d’avant la pandémie. D’ordinaire, avec ses quelque 50.000 traversées journalières, le poste frontière de la Petite Barrière est l’un des plus empruntés d’Afrique. Aujourd’hui, les agents de l’immigration indiquent enregistrer entre 300 à 500 passages chaque jour.

Rien n’a donc changé pour les vendeuses de pagnes du marché de Rubavu, qui n’ont pas encore réussi à obtenir les précieuses autorisations. "Pour nous, la frontière est toujours fermée. Et cela a de graves conséquences. Avec ce que l’on gagnait avant le coronavirus nous pouvions aisément payer les frais de scolarité de nos enfants. Mais là, les écoles sont en train de rouvrir, et certaines d’entre nous ne pourront pas les renvoyer à l’école", regrette Baudouine Bahati, assise sur une pile de tissu en attendant les clients.

Après la Petite Barrière, les autorités rwandaises et congolaises ont annoncé la réouverture partielle des postes-frontières de Rusizi 1, Rusizi 2 et Bugarama le 11 novembre. 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK