Niger: au moins quatre morts dans des attentats-suicides à Diffa

Depuis deux semaines, le sud-est du Niger subit une recrudescence des raids de Boko Haram.
2 images
Depuis deux semaines, le sud-est du Niger subit une recrudescence des raids de Boko Haram. - © ISSOUF SANOGO - AFP

Au moins quatre personnes - un gendarme et trois civils - ont été tuées dimanche matin dans des attentats-suicides perpétrés par des combattants du groupe islamiste Boko Haram au coeur de la ville de Diffa, dans le sud-est du Niger, a appris l'AFP auprès d'un haut responsable municipal.

"Il y a eu au moins huit morts: un gendarme, trois habitants de Diffa et les quatre éléments de Boko Haram", a expliqué cette personnalité locale, deux des assaillants ayant été "abattus" avant d'avoir déclenché leurs explosifs.

"Le drame est survenu vers 09h00 (10h00 HB)", a précisé le haut responsable. Selon lui, "quatre combattants de Boko Haram" sont venus en ville "à pied" et "portaient des ceintures d'explosifs". Une première "explosion" a eu lieu lorsqu'un des kamikazes "s'est tué avec un gendarme qui l'a intercepté, en faisant exploser sa charge, a-t-il expliqué.

Après une course-poursuite avec les forces de l'ordre, deux des assaillants ont été "abattus" et "un troisième a réussi à se faire exploser près d'une échoppe", tuant "le propriétaire de la boutique et deux autres civils", a-t-il raconté.

Depuis deux semaines, le sud-est du Niger subit une recrudescence des raids de Boko Haram. Deux militaires nigériens ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi, dans une attaque sur un village proche de la frontière nigériane.

Le 25 septembre, ce sont au moins 15 civils qui avaient péri dans un autre raid meurtrier dans un village nigérien situé sur les bords de la rivière Komadougou Yobé, qui sert de frontière naturelle entre le Niger et le Nigeria.

 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK