L'enfer des camps pour déplacés en RDC

Alors que se tient à Istanbul le premier sommet humanitaire mondial, la situation reste critique pour les déplacés internes en République démocratique du Congo. Malnutrition, sexe-survie, violences en tout genre, risque d’infection au VIH, augmentation des cas des maladies mentales... Au camp de Mugunga 3, au Nord Kivu, la situation se dégrade un peu plus tous les jours. Reportage.

Il est 10 heures passées de quelques minutes, le soleil pointe, l'atmosphère est humide, dans le camp de Mugunga 3 à Goma dans la petite salle qui sert de centre de santé, l'infirmer en chef est assis derrière son bureau en bois vernis et essaye, tant bien que mal, de noter dans son petit cahier aux pages quadrillés, la présence de la vingtaine de femmes qui se relayent devant lui pour recevoir des kits pour "enfants souffrant de la malnutrition". Elles sont toutes accompagnées d'enfants en bas âge.

On devine à travers la fenêtre ouverte derrière lui, les scènes qui se déroulent dans le camp. Érigées pour la plupart sur de la roche volcanique, les abris sont rudimentaires, il est difficile d'imaginer que ces minuscules "habitations" accueillent des familles entières, souvent composées de plus de cinq personnes, qui tentent de dormir à même le sol. Ou sur des nattes pour ceux qui ont le luxe d'en avoir.

Le désespoir a trouvé refuge dans le camp

Dans la minuscule cour attenant au centre de santé, des enfants jouent alors que leurs mères sont assises sur les bancs. Pour la grande majorité d'entre elles, le regard est dénué d'émotion... Recroquevillées sur elles-mêmes, les mains sur la joue, certaines tentent d'allaiter le nourrisson qui s'agrippe à leurs poitrines vidées. Pagnes usés, chemisiers délavés, chevelure hirsute, tout porte à croire que le désespoir a, lui aussi, trouvé refuge dans le camp.

"Vous savez ici, nous vivons comme des animaux", s'exclame Maman Charly, la responsable de ce camp qui existe depuis 2008. Maman Charly n'a pas moins de cinquante ans, son visage est marqué. Sa voix calme et posée s’exprime avec assurance de son corps imposant. Maman Charly est économe de son sourire. Ses traits sont constamment tirés.

"Cela va faire plus de cinq ans que je vis dans ce camp. J'habitais du côté de Rutshuru dans la collectivité de Bwito. Quand les troubles ont commencé, j'ai dû fuir avec ma famille. Aujourd'hui, je vis ici, mais ce n'est pas de gaieté de cœur. Je ne sais pas ce que vous pouvez faire pour nous, mais moi je veux retourner chez moi", s'exclame-t-elle en swahili avant de retourner s'asseoir.

4 images
L'enfer des camps pour déplacés en RDC © Tous droits réservés

La "sexe-survie" à 1,5 euro

Installés dans une pièce qui sert à la fois de salle de consultation et de lieu d'entreposage du maigre matériel médical, deux autres femmes entourent Maman Charly pour raconter leur quotidien dans le camp. "Vous avez visité le camp, pensez-vous que des êtres humains peuvent vivre dans les conditions où nous vivons ? Allez dire aux humanitaires et aux gouvernants de ce pays que nous sommes fatigués", poursuit Maman Judith. "Quand une femme n'a plus de dignité et qu'elle accepte d'aller avec un homme pour la modique somme de 1500 franc congolais (1,5 euro), c'est que la vie n'a plus aucun sens."

Dans ce camp, comme sur plusieurs autres sites du même genre en RDC, la "sexe-survie" fait malheureusement partie des nombreuses pratiques que déplore le personnel en charge de la santé. "Dans la plupart des camps, les ménages sont gérés par les femmes, les hommes ne sont plus là... Dans les différents camps, ce sont les femmes et les jeunes filles qui ont la lourde responsabilité de trouver des moyens pour nourrir les familles", explique le Docteur Martin Migombano, conseiller régional auprès de l'Organisation Internationale de la Planification Familiale (IPPF).

"En général, poursuit-il, les femmes ne sont plus bénéficiaires d'aucun type d'assistance. Elles se voient donc obligées d'aller chercher des moyens de subsistance hors du camp. L'une des dernières ressources qui leur reste, c'est le sexe ! Elles sortent et vont chercher des partenaires. Certains parlent de sexe-survie, mais, selon moi, le terme adéquat, c'est la prostitution... Malheureusement, cette pratique n'est pas sans incidence sur la vie des déplacés internes ou des réfugiés. Propagation du VIH, grossesses non désirées et avortements clandestins font partie des difficultés avec lesquelles nous devons fonctionner au quotidien."

Les femmes rencontrées au camp de Mugunga 3 relèvent également des cas de viols. Maman Charly raconte que, souvent, quand les jeunes filles vont chercher du bois de chauffe, elles croisent des hommes qui les forcent à avoir des rapports sexuels. "Celles qui ont de la chance, si on peut appeler cela comme ça, se font violer par trois hommes; pour les moins chanceuses, c'est dix... Autant vous dire que quand elles reviennent ici, elles sont complètement déchirées psychologiquement et physiquement."

Selon l'infirmier en chef, ces violences entraînent inéluctablement des cas de maladies mentales sévères. Il y a encore quelques années, Johanniter International prenait en charge la maladie mentale des déplacés. Aujourd'hui, comme la plupart des autres organisations partenaires, ils se sont retirés du camp faute de financement. Depuis, les femmes atteintes mentalement sont vouées à elles-mêmes, explique le responsable de la santé.

Dans une province qui compte une cinquantaine de sites accueillant des déplacés internes, et où l'Organisation International pour la Migration dit avoir enregistré le mois dernier environ 200 000 personnes, la question reste entière quant à la survie de ces personnes privées de conditions de vie décentes depuis plus de dix ans. Il ne reste plus qu'à espérer que cette fois la thématique retenue "Concilier Aide et Efficacité" soit réellement prioritaire dans les agendas des 6000 participants à cette première édition du sommet de l'humanitaire.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK