Kenya: un an après l'attaque de l'Université de Garissa, les survivants se relèvent et gardent espoir

Kenya: un an après l'attaque de l'Université de Garissa, les survivants se relèvent et gardent espoir
Kenya: un an après l'attaque de l'Université de Garissa, les survivants se relèvent et gardent espoir - © TONY KARUMBA - AFP

Le Kenya commémore aujourd'hui le premier anniversaire de l'attaque de l'université de Garissa. Il y a un an jour pour jour, quatre hommes armés de la branche d'Al-Qaïda en Afrique de l'est, avaient mené une opération contre l'université, exécutant 148 personnes, principalement des étudiants.

Les 600 survivants continuent de suivre les cours à l'Université d'Eldoret, à plus de 700 km de Garissa. Ils gardent des traces très fortes du drame.

Pourquoi ai-je survécu alors que mes amis ont perdu la vie ?

Wambui n'a que 19 ans, et pourtant elle a connu l'horreur. Les mains tremblantes, elle livre son témoignage à notre correspondante, Charlotte Simonart. "A ce moment-là, vous ne pouviez pas savoir ce qui allait nous arriver. Nous étions tous terrorisés et... pourquoi ai-je survécu alors que mes amis ont perdu la vie?"

Magiku est resté près de dix heures sous son lit en attendant les secours le matin de l'attaque terroriste. Beaucoup de ses camarades n'ont pas survécu. "J'ai perdu presque tous mes amis. J'ai même perdu ma petite amie. Dans un sens, j'ai l'impression de l'avoir tuée. Elle m'avait demandé de venir avec moi dans ma chambre mais je lui ai dit qu'on avait un contrôle le lendemain. Elle a reçu trois balles dans le corps."

L'espoir nous permet de continuer

Après l'attaque, le jeune homme de 23 ans est tombé dans la dépression. "Je n'arrivais pas à étudier. J'ai commencé à boire, j'étais violent, je me droguais. Je voulais mourir. Pas oublier mais mourir."

Cette jeunesse a été traumatisée, mais pas privée de l'espoir d'un futur prometteur. "L'espoir nous permet de continuer. L'espoir pour un avenir meilleur, un pays en paix. Peut-être qu'un jour tout ceci ne sera que du passé."

Une commémoration sous forme d'hymne à la vie

Les survivants du massacre ont choisi de commémorer l'événement par une fête, un hymne à la vie. 

Une centaine de personnes portant des T-shirts avec des slogans de paix se sont rassemblées à Garissa, à 365 kilomètres au nord-est de la capitale Nairobi et à 150 km de la frontière somalienne, pour participer à une course en hommage aux victimes.

"Nous sommes avec les parents, nous voulons leur dire que, ensemble, en tant que pays, du nord au sud, d'ouest en est, les musulmans et les chrétiens ... ensemble, nous devons lutter contre le terrorisme", a déclaré le député de Garissa, Aden Duale.

Des prières et des veillées aux chandelles devaient se tenir samedi à Garissa et à Nairobi, à l'initiative de représentants du gouvernement. Cette représentation officielle aux commémorations contraste avec l'absence des autorités au lendemain de l'attaque, laissant la population organiser elle-même les veillées.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK