Election présidentielle malgache: deux ex-présidents à la reconquête de leur pays

Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, débat télévisé décembre 2018
3 images
Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, débat télévisé décembre 2018 - © MAMYRAEL - AFP

Mercredi 19 décembre, près de 10 millions de Malgaches seront à nouveau appelés aux urnes pour le second tour de l'élection présidentielle. Le duel oppose deux ex-présidents, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, souvent présentés comme ennemis de toujours.

Leurs parcours respectifs ont de nombreuses similarités. Tous deux ont commencé leur carrière politique en remportant, dès la première tentative, le fauteuil de maire de la capitale (en 1999 pour Ravalomanana, en 2007 pour Rajoelina). Un tremplin pour accéder ensuite à la fonction suprême ; Marc Ravalomanana par les urnes, en 2002 puis 2007 et Andry Rajoelina en 2009, par ce que la communauté internationale qualifiera de "coup d’État", forçant ainsi le premier à quitter la présidence précipitamment. Entrepreneurs à succès, l’un dans l’agro-alimentaire, l’autre dans la communication, les deux hommes déjà bien nantis ont profité de leur passage à la tête de l’Etat pour accroître considérablement leur fortune. Puis tour à tour, ils ont connu l’humiliation, le rejet et l’exil.

De retour sur l’échiquier politique, tous deux affirment qu’ils ont mûri. Et cela semble avoir convaincu puisque les voilà face à face pour une revanche par les urnes. Leur campagne n’a pourtant pas volé très haut, chacun jetant les frasques du concurrent en pâture et dénigrant à la première occasion l’adversaire. Vils règlements de comptes par meetings interposés.

Alors les deux hommes ont-ils véritablement changé ? Portraits croisés de deux candidats animés par une obsession : celle de gagner l’élection.

Andry Rajoelina, le roi de la com’

Un homme en avance sur son temps. Visionnaire. Et parfois même "révolutionnaire", comme l’affirme son bras droit, ami et conseiller spécial Augustin Andriamananoro. "Dès le début, Andry, on l’a surnommé TGV. Il avait mille idées à la minute. Parfois des brillantes. C’est lui qui a bouleversé l’affichage publicitaire à Madagascar."  

Et c’est sans doute son plus gros point fort, la communication. "Andry Rajoelina est un génie en la matière", explique Mbolatiana Raveloarimisa, activiste au sein de plusieurs organisations de la société civile. "Il pourrait vendre n’importe quoi. Il arrive à convaincre les gens jusqu’à les rendre totalement amnésiques !" S’il a été un atout pour la capitale en tant que maire, il est celui qui selon elle, a détruit le pays durant la Transition.

"Son truc, c’était de poser la première pierre. Et systématiquement, dans la tête des gens, ça s’est transformé en 'Andry Rajoelina a construit le building'. Pourtant, en terme de réalisations, il n’a quasi rien fait. Il aurait pu changer le pays parce qu’il avait de l’ambition. A la place, lui et son entourage l’ont miné et l’ont vendu au plus offrant. Les trafics de ressources naturelles ont explosé sous son mandat. Et aujourd’hui il ose se présenter comme le sauveur ? C’est trop facile, moi je refuse d’être amnésique."

Marc Ravalomanana, le résilient

Il se pensait inébranlable, la fureur de la rue en a décidé autrement. Poussé à la démission par le jeune maire de la capitale, 2009 est une claque pour le président autoritaire. Blessé, Marc Ravalomanana part en exil : il restera 4 ans et demi en Afrique du Sud. Pendant ce temps, il sera condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité pour la mort d’une quarantaine de partisans d’Andry Rajoelina abattus le 7 février 2009 devant le Palais présidentiel. Mais de Pretoria, le président déchu ne s’avoue pas vaincu et travaille son retour.

Pour Guy Rivo Randrianarisoa, son homme de l’ombre depuis 1998 et conseiller spécial, sa capacité de résilience a été incroyable. "Aucun autre président en Afrique n’est jamais tombé aussi bas que lui et n’a réussi à revenir là où il est aujourd’hui. Quand après 10 ans d’absence, vous avez plus de 35% des gens qui votent pour vous au 1er tour d’une élection présidentielle, et qu’au fond de la brousse, des gens qui n’ont pas accès aux médias vous choisissent encore à 80%, ce n’est pas anodin. Le président a su laisser des traces réelles et visibles pour que la population ne l’oublie pas. Les jeunes, les vieux : ici tout le monde l’appelle Dada. Ses partisans ont une grande affection pour lui, et ce n’est pas superficiel."

Le retour de deux guerriers

Les deux candidats ont changé. Rajoelina l’a dit lui-même sur l'antenne de RFI. Pour Ravalomanana, ce sont ses proches qui l’affirment. Connu pour son caractère impulsif, son égocentrisme, aussi, l’industriel se serait adouci. "L’autoritarisme, c’est sa nature, son point fort", explique Guy Rivo Randrianarisoa. "C’est ce qui a fait que de petit vendeur de lait, il a réussi à bâtir un empire, puis est devenu président. Quand il se dit 'je dois faire ça', il le fait. Et il voulait que tout le monde soit comme lui. Mais depuis 2010, il a changé." Autoritaire, l’homme le serait toujours. Mais il écouterait plus, consulterait plus, aussi. "Quand il était au pouvoir" poursuit son bras droit, "il s’est comporté comme un homme d’affaire. Il a conduit le pays comme une entreprise, a voulu en faire une success story. Sauf que face à lui, il y avait des politiciens …" Aujourd’hui, son entourage confirme qu’il s’est apaisé, que le cheval fou en lui s’est tu pour laisser apparaître un homme politique mature, réfléchi, qui a appris à prendre du recul avant de s’exprimer.

Coïncidence ou stratégie de communication, les partisans de son adversaire revendiquent les mêmes nouvelles qualités pour leur poulain. Le Rajoelina de la Transition est décrit comme un artiste un peu naïf. "Il a accordé sa confiance trop facilement, et il s’est fait piéger", murmure-t-on autour de lui. "Il a accédé au pouvoir mais sans avoir l’expérience politique", confesse Augustin Andriamananoro. "Désormais, il s’est formé ; il a acquis l’expérience politique et il compte bien accéder au pouvoir." Fini donc les improvisations. Ses discours sont répétés. L’homme est briefé par une cellule de communication pointilleuse et attentive au moindre faux pas. En interview, plusieurs personnes l’assistent. Ses détracteurs l’accusent même d’avoir participé au premier débat télévisé le 9 décembre dernier, muni d’une oreillette et de son smartphone grâce auxquels il recevait des informations en temps réel.

"Andry a mûri, il est plus rationnel." L’homme s’est surtout entouré d’une équipe de redoutables techniciens, compétents dans leur domaine. Quant à ses fréquentations sulfureuses qui lui ont causé bien des déboires durant la Transition, l’entrepreneur se fait discret. Et rechigne à lever le voile, comme son concurrent d’ailleurs, sur ses business angels généreux qui le soutiennent depuis le début de la campagne.

Du rêve et des promesses

"Nous accroîtrons les surfaces rizicoles pour atteindre l’autosuffisance en riz en 5 ans ! Nous construirons des hôpitaux, des routes, des lycées, des écoles, des stations d’épuration, des barrages, des centrales solaires, des forages,…"

A chacun de ses déplacements, Rajoelina sort l’artillerie lourde. Et les étoiles dans les yeux des spectateurs venus en masse ne tardent pas à briller. Il promet de faire de Tamatave et Mahajanga le Miami et la Côte d’Azur malgaches. Des promesses tellement renversantes qu’elles sont raillées par le clan adverse. Raillées aussi ses propositions ultra-technologiques pour lutter contre l’insécurité en brousse.

Le candidat numéro 13 projette de réduire de moitié en 2 ans le vol de zébus, véritable fléau sur l’île. Il propose, démonstration à l’appui lors de la conférence sur la sécurité organisée par son mouvement le 29 novembre dernier, de placer des puces sur les bovidés pour les pister en cas de vol et d’utiliser des drones pour traquer les dahalos (voleurs). Des projets novateurs et bénéfiques pour le pays. Mais quand on confronte l’ex-président de la Transition à ses maigres réalisations durant son passage à la tête de l’Etat, lui et ses partisans brandissent systématiquement le même argumentaire : la fameuse feuille de route de sortie de crise. Un "document contraignant qui a dicté les actions et le calendrier de Rajoelina et imposé une cohabitation avec différentes forces politiques", explique son camp.

Côté Ravalomanana, les promesses ont l’air plus réalistes. Décentralisation effective, augmentation du budget de fonctionnement des communes, éducation gratuite et obligatoire de 5 à 16 ans, santé pour tous, … Mais attention aux mirages, prévient Mbolatiana Raveloarimisa. "Durant ses précédentes campagnes, Raval a fait plusieurs promesses bêtes. Il a promis qu’il offrirait une 4L et un frigo à toutes les familles, qu’il verserait également une somme d’argent mensuelle. Les gens y ont cru ; et aujourd’hui, amers, ils se souviennent." Rajoelina aussi avait fait des promesses en 2009. Du riz à 500 ariary le kilo et de l’huile à 2500 ariary le litre, la suppression du délestage en 6 mois… Des promesses jamais tenues elles non plus. Le prix du riz a plus que quadruplé … et le délestage reste un problème quotidien en ce moment, dans les grandes villes du pays.

Alors qui croire ? Qu’espérer face à de telles promesses jamais chiffrées ni budgétisées ?

Les électeurs sont amenés à se prononcer ce mercredi 19 décembre. La réponse des urnes sera connue début janvier. 

Vidéos : meetings des deux candidats

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK