Des braconniers tuent trois gardes du parc national congolais de la Garamba

Un ranger du parc national de la Garamba photographié en février 2016.
Un ranger du parc national de la Garamba photographié en février 2016. - © TONY KARUMBA - AFP

Des braconniers ont tué trois gardiens du parc national de la Garamba, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé lundi African Parks, l'organisation sud-africaine de défense de la nature qui cogère le parc avec les autorités congolaises.

Ces braconniers chasseurs d'éléphants ont ouvert samedi le feu sur cinq employés du parc. Trois des gardiens congolais, Dimba Richard, Anigobe Bagare et Matikuli Tsago ont été tués par des tirs. Un autre garde, Kenisa Adrobiago, a été blessé, tout comme le gérant du parc, le Suédois Erik Mararv. Ce dernier a ensuite été transporté en Afrique du sud pour y être soigné.

Le directeur d'African Parks, Peter Fearnhead, a dénoncé la présence de "bandes de braconniers militarisés" qui sévissent dans ce parc de 12 400 km2 - plus d'un tiers de la superficie de la Belgique.

L'an dernier, cinq rangers avaient été tués, tout comme trois militaires des Forces armées de la RDC (FARDC, l'armée gouvernementale).

Une région enclavée et instable

Classé au patrimoine mondial de l'humanité - dans la catégorie en péril comme les quatre autres réserves de la RDC reconnues comme exceptionnelles par l'Unesco - le parc national de la Garamba est situé dans l'extrême nord-est du pays, à la lisière du Soudan du sud et près de l'Ouganda, dans une région enclavée et instable du fait de la présence de rebelles ougandais de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA).

En 2015, il y a eu 28 fusillades recensées avec les braconniers. 114 éléphants ont été abattus, soit près d'un dixième de ceux qui restent dans la Garamba.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK