Centrafrique: la Francophonie condamne le coup d'Etat de la Séléka

Abdou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie à Bruxelles le 7/12/2011
Abdou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie à Bruxelles le 7/12/2011 - © BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Abdou Diouf, a condamné lundi "la prise de pouvoir par la force" en Centrafrique par la coalition rebelle Séléka, qui constitue "une violation flagrante" des accords de paix de Libreville.

"Cette remise en cause de l'ordre constitutionnel est inacceptable pour la communauté francophone attachée aux principes de la démocratie et de l'Etat de droit " a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Il n'y a pas d'alternative au dialogue qui doit être inclusif pour créer les conditions nécessaires à une réelle réconciliation nationale", a ajouté Abdou Diouf qui demande à tous les acteurs "de respecter pleinement les accords de Libreville destinés à rétablir durablement la paix".

L'accord de Libreville signé le 11 janvier par la clan Bozizé, l'opposition et la rébellion, prévoyait notamment la formation d'un gouvernement d'union nationale dirigé par l'opposition et l'engagement à organiser des élections libres et transparentes dans les trois ans.

Abdou Diouf va dépêcher très rapidement une mission d'information à Bangui, avant de saisir "le Conseil permanent de la Francophonie qui statuera sur la situation en République Centrafricaine" au sein de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

L'OIF compte 57 Etats et gouvernements membres. Trois pays sont actuellement suspendus des instances: le Mali, Madagascar et la Guinée-Bissau.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK