Cameroun: cinq tués lors d'un double attentat-suicide dans l'Extrême-nord

Dabanga est un petite ville de transit sur la route menant à Kousseri, près du Tchad. Un petit cours d'eau la sépare du premier village nigérian.
Dabanga est un petite ville de transit sur la route menant à Kousseri, près du Tchad. Un petit cours d'eau la sépare du premier village nigérian. - © PATRICK FORT - AFP

Cinq personnes ont été tuées samedi soir dans un double attentat-suicide commis par deux femmes à Dabanga, dans l'Extrême-nord du Cameroun, a appris l'AFP auprès du gouverneur de cette région.

"Deux femmes se sont fait exploser vers 18 heures" à Dabanga, a affirmé Midjiyawa Bakary, gouverneur de la région de l'Extrême-nord.

"Le bilan provisoire est de sept morts, dont les deux kamikazes", a-t-il ajouté. De même source, deux militaires déployés dans le cadre de la lutte contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram ont été "grièvement blessés" lors du double attentat.

Une première kamikaze a actionné sa charge explosive dans une maison d'habitation tandis qu'une seconde l'a fait "près d'un atelier de soudure", a expliqué Midjiyawa Bakary.

A la frontière avec le Tchad et le Nigéria

Dabanga est un petite ville de transit sur la route menant à Kousseri, près du Tchad. Un petit cours d'eau la sépare du premier village nigérian.

C'est à Dabanga que la famille française Moulin-Fournier avait été enlevée en 2013, avant d'être libérée. La ville est visée pour la première fois par un attentat-suicide.

Il y a une semaine, quatre femmes kamikazes s'étaient fait exploser dans les environs de Fotokol, dans la même région du Cameroun, où sévit Boko Haram, tuant cinq civils, dont un chef traditionnel.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK