Afrique du Sud: motion de défiance contre le président Zuma jeudi s'il n'est pas parti avant

Une motion de défiance contre le président sud-africain Jacob Zuma sera débattue ce jeudi au parlement s'il n'a pas remis d'ici là sa démission comme le lui a ordonné son parti, a annoncé ce mercredi le Congrès national africain (ANC, au pouvoir).

On ne peut pas attendre plus longtemps

"On procède avec la motion de défiance demain (jeudi) pour que le président Jacob Zuma soit démis de ses fonctions et que nous puissions élire" l'actuel patron de l'ANC, Cyril Ramaphosa, au poste de président de la République, a déclaré le trésorier général du parti, Paul Mashatile, lors d'une conférence de presse au Cap, "la balle était désormais dans son camp", a-t-il lancé au président.

Pour être adoptée, la motion de défiance doit recueillir la majorité absolue des 400 députés. L'ANC dispose de 249 sièges.

"Nous sommes plongés dans l'incertitude, on ne peut pas continuer ainsi", a ajouté le chef du groupe parlementaire de l'ANC, Jackson Mthembu, estimant "possible" que Cyril Ramaphosa soit élu président de la République dès ce jeudi.

L'ANC ne veut plus d'un président qui fait tache

Ce mardi, après des semaines d'hésitations et de réunions, l'ANC a ordonné au très controversé président Zuma de démissionner. Le chef de l'État n'a pas encore pris la parole depuis.

Jacob Zuma, dont le mandat expire en 2019, est empêtré dans une série de scandales qui ternissent dangereusement l'image de l'ANC, en vue des élections générales de 2019.

Le vent a tourné pour Jacob Zuma depuis son remplacement à la tête de l'ANC de Cyril Ramaphosa en décembre. Ce dernier avait axé sa campagne sur la lutte contre la corruption.

Archives: meeting de l'ANC avec Jacob Zuma, le 31 juillet 2016

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK