Pour réduire la pollution, la Chine prône la solution la plus polluante

La Chine veut réduire drastiquement le niveau de pollution
2 images
La Chine veut réduire drastiquement le niveau de pollution - © Archive MARK RALSTON - IMAGEGLOBE

La Chine va tenter de réduire d'un quart au maximum les niveaux de pollution atmosphérique à Pékin et dans les principales villes du pays d'ici 2017. Problème : la solution envisagée sera désastreuse pour l’environnement car elle multipliera les émissions de gaz à effet de serre.

Les niveaux de pollution de l'air des principales villes chinoises ont atteint des records ces dernières années, dus essentiellement aux émissions des centrales à charbon, avec des niveaux de particules fines, les PM2,5, dépassant en janvier dernier jusqu'à 40 fois les seuils fixés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ces niveaux de pollution ont provoqué des centaines de milliers de décès prématurés et terni l'image des villes chinoises, y compris celle de Pékin, qui a vu une baisse de sa fréquentation touristique de près de 15% au cours de la première moitié de l'année.

La réduction de la pollution se fera par un ralentissement de la hausse de la consommation de charbon, qui ne devrait plus occuper que 65% des ressources énergétiques de la Chine en 2017. Selon l'administration américaine de l'information sur l'énergie, le charbon représentait 70% de l'énergie fournie en Chine en 2009. La Chine est le premier consommateur mondial de charbon et nécessitera l'an prochain plus de la moitié de la demande mondiale, selon les prévisions.

Solution envisagée pour réduire la pollution: construire des usines qui transformeront le charbon en gaz naturel de synthèse. Avantage: gagner en indépendance énergétique en diminuant l’importation de gaz des pays étrangers. Mais le procédé utilisé pour gazéifier le charbon est très polluant. Il produit sept fois plus de gaz à effets de serre (notamment du monoxyde de carbone) qu’un gaz habituel. De plus, en le brûlant pour produire du courant électrique, les émissions de carbone sont 82% plus élevées que le gaz naturel, selon des études citées par Slate.fr.

A.L.

Lire la suite sur Slate.fr

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK