Windows 9: une nouvelle version plus "sage" pour les entreprises?

Voici à quoi pourrait ressembler le nouveau menu Démarrer de Windows 9. A vérifier le 30 septembre, lors de la conférence de presse annoncée à San Francisco.
Voici à quoi pourrait ressembler le nouveau menu Démarrer de Windows 9. A vérifier le 30 septembre, lors de la conférence de presse annoncée à San Francisco. - © Tous droits réservés

La prochaine version de Windows sera sans doute présentée officiellement le 30 septembre. Mais contrairement à Apple, Microsoft laisse généralement filtrer quelques informations pour appâter le consommateur ou susciter des réactions. C’est encore le cas pour Windows 9 qui pourrait davantage attirer les entreprises que la version 8 jugée trop originale, voire inutile, par les patrons.

Nous l’appellerons Windows 9 sans trop savoir si ce sera vraiment son nom. Parmi les principaux changements figurent certains retours en arrière. A commencer par la réapparition du menu Démarrer disparu avec Windows 8.

Microsoft a constaté que tout le monde téléchargeait un petit utilitaire nommé Classic Shell qui réintroduit de manière efficace le menu Démarrer dans Windows 8.

Sur Windows 9, C’est donc une version officielle signée Microsoft qui devrait faire son apparition. D’après ce que l’on peut voir sur des copies d’écran volées, ce menu un peu différent affiche à la fois les logiciels Desktop (ancienne interface bureau) et les applis Modernes (nouvelle interface à usage tactile avec les pavés de couleurs). Ce menu sera plus "intelligent" en affichant les applications les plus utilisées.

Autre retour en arrière assez compréhensible: les propriétaires d’un PC standard (avec écran non tactile, clavier et souris) n’auront plus accès automatiquement aux deux interfaces. Par défaut, n’apparaîtra que le bureau comme cela existait sur Windows XP ou Seven. Pour changer cela, il faudra modifier les paramètres de configuration. Cette modification vise probablement les entreprises qui, pour la plupart, utilisent encore des ordinateurs standards avec clavier et souris.

Centre de notification et desktop virtuel

Toujours à en juger par des copies d’écrans qui circulent, des menus des notifications font leur apparition. Comme sur un smartphone, on peut suivre l’arrivée des notifications de Facebook, Google, des mails, etc. Et ce centre de notification escamotable se trouverait dans le coin droit de l’écran.

Une autre innovation (toujours au conditionnel) et le bureau virtuel. Alors que Windows (surtout au début dans les années 90 ) a souvent été accusée de copier Apple, cette fois il s’inspire de Linux. Dans le bas de l’écran, juste au-dessus de la barre des tâches, devraient apparaître des "desktops virtuels". Cela signifie que l’utilisateur pourra disposer -à son gré-, de plusieurs bureaux. L'un pour le travail et l'autre pour les loisirs. Cette fonction est inspirée d’Ubuntu, l’une des versions les plus populaires de Linux.

Il semble aussi que les applis conçues pour la nouvelle interface tactile de Windows pourront être ouvertes sur le bureau (l’ancienne interface). Ce que ne permet par Windows 8 dans lequel le Bureau ne peut gérer que les logiciels conçus pour Windows XP ou 7.

Sans doute poussé par la concurrence, Microsoft pourrait embarquer dans Windows 9 son assistant vocal Cortana, réponse de Redmond au Siri (Apple) et Google Now.

Il est encore question de modification de certaines icônes.

S’il est trop tôt pour dire quelle configuration sera requise, les fuites évoquent un processeur de type Intel core i5 A 2,6 GHz. Une configuration relativement puissante, mais l’on sait qu’entre l’annonce d’un OS et sa commercialisation finale, le logiciel est souvent optimisé pour être accepté par des configurations plus légères.

Une accélération du renouvellement des systèmes d’exploitation

Chez Apple et Android, les versions se succèdent plus rapidement que chez Microsoft qui met toujours près de trois ans avant de basculer vers la génération suivante. Windows 9 ne sortira d’ailleurs pas avant 2015. Mais ensuite, les adaptations pourraient être plus rapides. Car le nouvel OS permettra aux utilisateurs d’envoyer un feedback (un retour d’expérience) en précisant ce qu’ils aiment, n’aiment pas ou désireraient voir apparaître dans Windows.

Un nouvel enjeu pour Microsoft

La version 9 est un tournant essentiel pour l’entreprise. Windows reste le leader des plates-formes PC, mais les consommateurs ne sautent pas sur les nouvelles versions de Windows dès leur sortie. Selon les statistiques mondiales de juillet. Windows 8 peine à s’imposer. La version 7 détient selon les études entre 51 et 55% des part de marché, devant encore 20 à 24 % pour le vieil XP. Windows 8 et 8.1 n’arrivent qu’à 13 ou 15%. En Europe, les nouvelles versions sont mieux acceptées et XP se limiterait chez nous à 12%. Pas mal pour un logiciel de près de 13 ans d’âge.

Mais Microsoft doit encore tout prouver sur les tablettes et smartphones. D’où son choix probable d’une architecture commune à Windows pour PC, tablette, smartphone et console de jeu. L’objectif est d’attirer les développeurs qui pourront ainsi mieux rentabiliser leurs applications dans les différents univers.

Quant à la date de sortie de Windows 9, on parle beaucoup d’avril 2015. Mais tout cela ne sera vérifié (ou non) que le 30 septembre à San Francisco. Dans à peine une semaine.

Jean-Claude Verset

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK