Windows 10: dans un mois, il faudra payer pour l'installer

Le PC-tablette pourrait permettre à Windows de s’inviter davantage dans le monde des tablettes.
Le PC-tablette pourrait permettre à Windows de s’inviter davantage dans le monde des tablettes. - © Andrew Burton - AFP

Windows 10, dernière mouture de l’OS de Microsoft, va bientôt fêter son 1er anniversaire par une mise à jour prévue pour le 2 août. Mais que ceux qui veulent abandonner Windows 7 ou 8, voire une version plus ancienne au profit de Win10 se dépêchent. Son téléchargement ne restera gratuit que jusqu’au 29 juillet. Après cette date, il faudra passer à la caisse pour acquérir l’OS sur clé USB ou en téléchargement. Tarif : 135 euros. Ça rime à quoi ?

Le choix payant d'un OS gratuit

Même si Windows n’est plus, comme dans les années 90, l’empereur incontesté des systèmes d’exploitation reste imbattable dans l’univers des PC. Le choix marketing de Microsoft de modifier le business modèle de Windows 10 pour le rendre gratuit durant une année a été "payant" : 350 millions de PC en sont équipés. Et, toutes versions confondues, (il existe encore près d’1% de Windows XP), Microsoft dispose d’un monopole proche des 85%. Derrière lui et les 15% de l’OSX d’Apple, Linux est pratiquement absent des terminaux PC.

En rendant Windows payant pour les récalcitrants après le 29 juillet, Microsoft cherche à faire disparaître les anciennes moutures aussi vite que possible. XP n’est déjà plus supporté, mais Vista (qui fut un terrible échec) équipe encore moins de 5% des machines. Et si Windows 7 est encore très présent (surtout en entreprises), Windows 8 n’a pas convaincu.

Fin stratège, le constructeur associe la menace de la facture pour les retardataires à la promesse d’une mise à jour, gratuite également. Elle s’installera le 2 août sur les PC équipés de Windows 10 avant le 29 juillet. Difficile d’être plus clair.

Quoi de neuf le 2 août ?

Au programme de la mise à jour anniversaire, figure un système de sécurité intégré avec reconnaissance biométrique (Hallo) et fonction "antivirus" (Defender) renforcée. Le navigateur Edge, qui tente de remplacer Internet Explorer, s’affine tant au niveau des fonctions que de ses exigences en puissance processeur.

Comme annoncé depuis longtemps, Windows 10 s’intègre dans la plateforme de jeu Xbox, et Windows Ink accroît le confort d’utilisation du stylet pour écrire sur l’écran du PC ou de la tablette. À condition, bien sûr, de disposer d’un ordi avec écran tactile.

D’autres nouvelles fonctions concernent essentiellement les entreprises qui, pour l’instant restent globalement scotchées à Windows 7. Une tendance habituelle dans le monde professionnel qui attend parfois 2 ou 3 ans avant de passer à la nouvelle version d’un OS Windows. Le but annoncé de Microsoft est de faire passer 50% des entreprises sous Windows 10 en 2017. Un pari ambitieux.

Les nombreuses incertitudes

Le déploiement relativement rapide de Windows 10 réserve malgré tout des incertitudes. Notamment sur l’avenir de Windows Mobile. Même si, en Belgique, la part du marché professionnel des Windowsphones avoisinerait 10% selon Microsoft Belgique, ce pourcentage ne croît plus. Cela risque d’handicaper l’écosystème "tout Windows 10" poursuivi par le fabricant. Petit espoir pour le constructeur : Acer et HP commercialisent, eux aussi, des smartphones Windows 10.

Pas d‘info non plus sur l’avenir des tablettes "Surface ". La production de la version 3 va s’arrêter fin 2016 et nul ne parle encore de la version 4. Microsoft, répond à nos questions par un "no comment", mais l’on se dit confiant sur la poursuite de la gamme. Ainsi que sur l’avenir des smartphones de la marque Lumia (ex-Nokia).

Alors que les ventes de PC sont toujours à la baisse, Microsoft table sur le concept de tablette-PC de plus en plus apprécié des consommateurs. Sorte de compromis entre la tablette (souvent sur iOS ou Android) et le PC (presque toujours sur Windows), le PC-tablette pourrait permettre à Windows de s’inviter davantage dans le monde des tablettes. C’est du moins le pari de Microsoft.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK