Waterloo : un documentaire revient sur l'ultime bataille

"Waterloo, l'ultime bataille", un documentaire d'Hugues Lanneau
"Waterloo, l'ultime bataille", un documentaire d'Hugues Lanneau - © Tous droits réservés

En salle depuis le 28 mai, "Waterloo, l'ultime bataille" retrace les combats sanglants qui ont opposé l'armée de Napoléon aux Britanniques et aux Prussiens. Le 18 juin 1815 a fait des milliers de morts. Le documentaire co-produit par la RTBF et Arte décrit les rebondissements de la bataille au plus près de ceux qui l'ont vécue.

Figure incontournable du documentaire : l'empereur Napoléon Ier. Lui et son principal adversaire, le duc de Wellington, sont placés par le réalisateur autour d'une grande maquette. Ils permettent au spectateur de mieux comprendre les stratégies militaires imaginées par les deux hommes pour emporter la bataille. Le documentaire permet bien sûr de comprendre cette grande histoire, mais aussi la petite histoire via le regard de soldats des deux côtés de la barrière. Ces hommes ont connu la peur, la souffrance et la mort.

Témoignages de combattants

En s'appuyant sur les témoignages écrits de soldats français, anglais et belges, le réalisateur Hugues Lanneau a voulu raconter la bataille sans la romancer : "Je pense qu'on a réussi à raconter une histoire cohérente en prenant le spectateur par la main. On voulait faire prendre conscience de tout le vécu des soldats qui vivaient dans le sang, la boue, les larmes, la sueur, la faim. C'est ce qui m'intéressait avant tout pour raconter cette histoire", explique-t-il.

Peu de films sur la bataille

L'équipe de ce film 100% belge a travaillé pendant quatre longues années pour un budget de 1.200.000 euros. Quand le producteur Willy Perelsztejn des Films de la mémoire est arrivé avec le projet à la RTBF, beaucoup avaient l'impression qu'on avait déjà traité le sujet des centaines de fois. La bataille a bien sûr fait coulé beaucoup d'encre, mais très peu de films se sont consacrés uniquement aux combats de juin 1815. "Il y a beaucoup de films sur Napoléon et il y en aura encore beaucoup d'autres. Mais sur la bataille proprement dite, il y en a très peu. Il y a le grand film muet de Karl Grune, Waterloo, qui date de 1929. En 1970, Sergeï Bondartchouk a réalisé un autre film sur la bataille, un des plus grands échecs financiers de l'histoire du cinéma. Et puis... Et puis maintenant il y a le Waterloo de Hugues Lanneau", précise le producteur.

Un grand défi

La réalisation du documentaire est un défi. Sans film ni photo d'époque, difficile de raconter en images une telle bataille. Le réalisateur anime donc des peintures. Il met surtout en scène des passionnés de la bataille qui participent chaque année aux reconstitutions à Waterloo. De nombreuses images ont été tournées en juin 2010 lors de la plus grande reconstitution jamais réalisée à ce jour. Elle rassemblait plus de 3.000 figurants. "Sans les techniques et le savoir-faire des reconstituants, on aurait eu bien du mal à réaliser le film. Ils ont une expertise du terrain, ils se projettent vraiment dans ce que les soldats de l'époque vivaient. Tout ce ressenti qu'ils véhiculent m'intéressait énormément", raconte Hugues Lanneau. Les figurants, eux, son ravis d'avoir participé au documentaire. Fiers de leur passion, ils sont plus que satisfaits du résultat à l'écran.

En un seul jour, la bataille a fait 11.000 morts et a mis fin à vingt ans de guerre en Europe. Une période de notre histoire que le documentaire rappelle à nos mémoires. Le film est distribué dans une dizaines de salles en Belgique et sera sur toutes les télévisions européennes l'année prochaine, pour les 200 ans de la bataille.

Sarah Heinderyckx

Ci-dessous, revisionnez le reportage du JT consacré au documentaire

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK