Voyage dans le monde de la bande dessinée : Black Beard et Le Dessableur

chronique bd
5 images
chronique bd - © cbbd et glénat

Un livre d’aventures marines et quelques pirates hauts en couleurs… Et une nouvelle revue éditée par le Centre Belge de la Bande Dessinée.

Black Beard – 1. Pendez-les haut et court ! (auteur: Jean-Yves Delitte – couleurs : Douchka Delitte – éditeur : Glénat – 48 pages – septembre 2020)

Jean-Yves Delitte, un auteur belge dont la devise pourrait être ces mots de Baudelaire : " Homme libre, toujours tu chériras la mer… ", nous emmène à sa suite dans une histoire qui évite les romantismes habituels lorsqu’on parle du monde des pirates. Delitte est peintre officiel de la marine. Mais il est aussi, et surtout sans doute, un auteur de bande dessinée prolifique qui sait raconter des histoires.

Nous sommes au début du 18ème siècle. Daniel Defoe, l’auteur de " Robinson Crusoé ", s’intéresse à la vie de Black Beard, qui applique la devise des pirates, " la fortune ou la mort ", dans la double acceptation de ce mot, fortune : richesse et hasard. Black Beard se laisse découvrir au travers d’une histoire de pirates, de négriers, d’une rançon, d’otages égorgés, de trésor, de vengeance. Et d’enquête, aussi, puisque le pirate est accusé à tort du meurtre des otages.

Et on se laisse emporter sur les flots de l’imagination de Delitte qui, outre la beauté de ses dessins de bateaux, d’océans déchaînés, de criques ensoleillées, est un portraitiste pour qui compte, d’abord, l’humain, ses dérives, ses folies, se démesures… Et les couleurs sont, elles aussi, révélatrices des beautés et des horreurs de l’océan et de ceux qui le sillonnent !

Le Dessableur (Une revue disponible au CBBD, 20 rue des Sables, 1000 Bruxelles, et sur internet)

Une nouvelle revue de bande dessinée, c’est chose assez rare que pour être soulignée.

Elle s’appelle " Le dessableur ", du nom de la rue dans laquelle se trouve, à Bruxelles, le Centre Belge de la Bande Dessinée.

Pourquoi, aujourd’hui, en cette époque troublée, lancer un nouveau magazine ! Bilingue, français et flamand, il faut le souligner ! Pour des raisons de visibilité d’un haut lieu du neuvième art, sans doute, mais aussi pour dépasser les seules frontières d’un lieu d’expositions.

Ce trimestriel a donc tout d’une revue sérieuse. Mais de manière tout à fait abordable. Dans cette première livraison, on redécouvre un personnage de Pif Gadget au temps de la gloire de cette revue qui, à l’époque, apportait un sang neuf dans le monde de la BD, Super Matou. On se plonge aussi dans un article fouillé consacré à la bd muette, celle qui n’utilise pas les bulles, les phylactères. On y rencontre des auteurs extrêmement variés, comme Caran d’Ache, Quino, Masereel, Mordillo, entre autres, et on comprend que cette bd-là appartient pleinement à la grande histoire du neuvième art. Un premier numéro qui demande, incontestablement, à évoluer dans sa présentation, mais qui est plein de promesses quant à l’avenir…

 

Jacques Schraûwen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK