Vol d'oeuvres aux Pays-Bas: le tableau retrouvé en Roumanie est-il vraiment de Picasso?

Peter van Beveren, ancien curateur de la Collection Triton dont faisait partie la "Tête d'Arlequin" de Picasso volée à Rotterdam en 2012, a de sérieux doutes quant à l'authenticité de l'œuvre découverte récemment en Roumanie, et qui pourrait être le tableau volé lors de cet important braquage il y a plus de six ans. Sur base des images qui ont circulé de la découverte, l'expert a dit aux médias publics néerlandais de la NOS qu'il détectait pas mal de déviations par rapport à l'original.

"Je connais très bien cette œuvre de Picasso, je l'ai sans doute eue sous le bras plus souvent que ceux qui l'ont volée", explique Peter van Beveren. "Quand je regarde les images du dessin trouvé, j'ai de sérieux doutes quant à son authenticité. Les photos ne sont pas très bonnes, et l'œuvre pourrait bien sûr avoir moisi et être dégradée. Mais même en tenant compte de ça, on observe pas mal de différences. Les traits, les couleurs, les détails, quelque chose cloche. Sur base de ce que je vois, je pense que c'est un faux. Mais un bon."

Le tableau, dans une farde de plastique, aurait été découvert sous un arbre après qu'un tuyau anonyme était parvenu à l'écrivaine d'origine roumaine mais habitant aux Pays-Bas Mira Fetuci.

"Tête d'Arlequin" avait été dérobé, avec six autres toiles de maîtres, dans la nuit du 15 au 16 octobre 2012 au Kunsthal de Rotterdam. Un groupe de personnes roumaines avait orchestré le vol, emmenant les tableaux cachés dans des coussins. Une tentative de revente des œuvres avait permis d'identifier les suspects. Quatre personnes de nationalité roumaine ont été condamnées en 2014 à de la prison ferme pour ce vol et à verser 18,1 millions d'euros de dommages et intérêts aux assureurs. Les tableaux, en revanche, n'ont jamais été retrouvés. Une femme du groupe avait affirmé en avoir brûlé quelques-uns, avant de se rétracter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK