"Vis ma vie": en Chine, des seniors fous de diffusion en direct

Internet n'est pas réservé qu'aux jeunes. En Chine, où les personnes âgées aiment se regrouper sur les places publiques pour danser ou chanter, une armée de seniors diffusent leurs performances en direct via leurs smartphones dernier cri.

Parmi eux : Wang Jinxiang, 62 ans, qui aime pousser la chansonnette et compte 23.000 abonnés sur la populaire application chinoise Quan Min Karaoké ("Le karaoké pour tous").

Bravant le froid hivernal de la capitale chinoise, elle entame son spectacle devant la silhouette de béton et d'acier du Nid d'oiseau, le célèbre stade olympique des JO d'été de Pékin en 2008.

"Quelle chanson vous ferait plaisir ?", demande-t-elle à ses abonnés au début de sa retransmission qui durera une heure.

Sa passion pour la diffusion en direct (le "livestreaming") a commencé il y a deux ans, lorsqu'un professeur de son neveu lui a fait découvrir l'application. Elle a été immédiatement séduite.

"Mais quand j'ai commencé, j'ai été confrontée à pas mal de problèmes. Je ne maîtrisais pas vraiment toutes les fonctions techniques du smartphone", raconte-t-elle à l'AFP.

Wang Jinxiang dit avoir ainsi trouvé un moyen de s'exprimer et passe désormais deux heures quotidiennes devant la caméra de son téléphone à chanter ou à faire des "défilés de mode".

Ses abonnés peuvent lui envoyer des cadeaux virtuels qu'elle peut ensuite convertir en argent – la Chine compte de nombreuses et populaires applications de paiement et de réseaux sociaux qui permettent d'échanger des fonds.

Stars improbables

"Quan Min Karaoké permet aux personnes âgées de faire de l'exercice chez elles, d'améliorer leur chant et de se montrer", explique Wang Jinxiang. "Je pense constamment à ce que je pourrais faire de nouveau le lendemain pour attirer et divertir mon public."

Les contenus sur internet (vidéos, photos, textes) sont scrutés voire effacés en Chine par une armée de censeurs au service du gouvernement. Mais cela n'a pas empêché l'émergence de nombreux blogueurs.

Et la diffusion en direct, encore relativement peu surveillée par les autorités, est en plein boom. Le cabinet Deloitte estime que le secteur a généré 4,4 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros) de revenus dans le pays en 2018 (soit +32% sur un an).

Ces plateformes permettent aux gens de partager leurs techniques sportives ou culinaires, leurs conseils de beauté, leurs opinions ou encore leurs talents d'acteurs.

Le livestreaming permet même l'émergence d'improbables célébrités. Comme l'an passé, lorsqu'un producteur de maïs d'un petit village chinois isolé est devenu une star de l'internet en diffusant sa vie quotidienne.

Alors que la population chinoise vieillit rapidement – en 2050, un habitant sur trois sera âgé de 60 ans ou plus, soit 487 millions de personnes, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle –, internet devient une sorte de fontaine de jouvence pour des seniors qui veulent immortaliser leurs talents.

C'est honteux

Mais si les plateformes de diffusion en direct servent de passe-temps agréable pour beaucoup de seniors, elles sont également des défouloirs pour certaines personnes malintentionnées, avertit Wang Kelan.

Cette dame de 72 ans originaire d'une petite ville de la province du Shanxi (nord) se filme régulièrement en train de chanter et danser. Et elle se fait souvent insulter par des internautes moqueurs.

"Ces gens écrivent que c'est honteux de faire de la diffusion en direct à mon âge. La société traite mal ses personnes âgées de nos jours", peste-t-elle.

"Tout le monde dit que les jeunes ne peuvent pas vivre sans internet. Eh bien, c'est la même chose pour l'ancienne génération. Je vis certainement une vie plus heureuse et enrichissante que ceux qui me critiquent."

Internet a en tout cas permis d'élargir l'horizon de Wang Jinxiang, la chanteuse postée devant le Nid d'oiseau de Pékin : en 2019, elle devrait chanter devant un public en chair et en os dans un studio de télévision à Pékin.

"Depuis toute jeune, j'aime chanter, danser, bouger. Profiter de la vie et faire ce qu'on veut, pour moi c'est la meilleure façon d'être heureux et de tirer parti du temps qu'il nous reste à vivre."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK