Vente exceptionnelle de tableaux de Magritte à Londres, dont un qui "sera peut-être la star de la saison"

Vente aux enchères exceptionnelle ce mercredi 5 février à Londres : la maison Christie’s mettre en vente sept tableaux de René Magritte. Au centre de toutes les attentions, un tableau acheté en 1962 qui n’a jamais quitté la famille de son propriétaire.

Christie’s attire les collectionneurs du monde entier. Et cette semaine, c’est pour notre Magritte national qu’ils se déplacent. Une grande fierté pour Olivier Camu, vice-président du département "Art impressionniste et moderne" chez Christie’s. "Magritte est assez prolifique, il a peint entre 900 et 1100 huiles et des centaines de gouaches. Il y en a beaucoup en main privée encore", explique-t-il.

"Le baiser", "La partition", "Le balcon de Manet"… des œuvres aux thèmes immédiatement reconnaissables. Mais la star du jour, c’est "A la rencontre du plaisir". Ce tableau "sera peut-être la star de la saison", affirme Olivier Camu. "Peint par Magritte en 1962. La brume dans la plaine derrière l’homme au chapeau-boule est peinte de manière hyperréaliste. On dirait que c’est une photo. Il n’y a rien d’impossible dans ce tableau et ça le rend beaucoup plus puissant."

Mise à prix : 9,5 millions d’euros

Mais ce qui renforce son caractère particulier, c’est ce que ce tableau sort de l’ombre pour la première fois depuis très longtemps. Acheté sur un coup de foudre en 1962 par des amis de Magritte, lors d’une soirée comme où le peintre recevait ses camarades intellectuels. Il leur présentait ses tableaux et, ensemble, ils choisissaient un titre.

"Ces gens ont choisi ce titre, 'A la rencontre du plaisir', et ont acheté le tableau à ce moment-là. Ils l’ont gardé toute leur vie. Ce sont les descendants qui décident de le vendre parce que le prix de Magritte est monté assez fort et donc c’est une valeur assez importante", explique le vice-président du département "Art impressionniste et moderne".

Plusieurs acheteurs se sont déjà montrés intéressés, dont des Américains et des Chinois. Mis en vente à 9,5 millions d’euros, le tableau pourrait partir à 14 millions d’euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK