USA: le speech de Clint Eastwood fait pleurer de rire le web

Clint Eastwood a tenu un drôle de discours lors de la convention républicaine à Tampa
Clint Eastwood a tenu un drôle de discours lors de la convention républicaine à Tampa - © AFP PHOTO Stan HONDA

Mais qu'allait donc faire dans cette galère l'élégant acteur et réalisateur octogénaire ? L'intervention "surprise" de Clint Eastwood lors de la convention républicaine de Tampa fait se secouer de rire l'Amérique entière. Et si le "bon coup" des Républicains se retournait contre eux ?

On le sait, le cœur de l'ex-Inspecteur Harry, devenu l'un des acteurs et réalisateurs les plus sensibles et les mieux reconnus, penche plutôt à droite. Il n'en a jamais fait mystère. Pas étonnant dès lors qu'il soutienne Mitt Romney. Mais ce dernier pourrait peut-être se demander s'il a bien fait d'amener ce soutien-là à se dévoiler sur scène. Et de l'avoir programmé à une heure de grande écoute, avec l'effet démultiplicateur de la télévision.

Le réalisateur d" "Un monde parfait" s'est lancé dans un monologue, s'adressant fictivement à Barack Obama figuré par une chaise vide. Un monologue qui s'est peu à peu décousu, devant une salle partagée et des responsables républicains très mal à l'aise. "Mais vous êtes fou! Vous êtes pire que Biden", lance par exemple Clint Eastwood au "président invisible", le pointant régulièrement du doigt. Un geste vite recyclé sur le net en "eastwooding", ou l'art de pointer le vide...

L'équipe du candidat républicain n'a pu que tenter de limiter les dégâts, alors que la déferlante s'emparait des réseaux sociaux, explique le Nouvel Obs. "Juger une icône américaine comme Clint Eastwood à travers le prisme politique ne marche pas. Sa libre prestation diffère des discours politiques et le public l'a appréciée", expliquait-on dans les coulisses de Tampa tandis que les internautes se tapaient les cuisses de rire. Mais toutes les réactions ne se situent pas sur le seul plan de l'humour, ainsi Jamel Bouie, sur twitter: "Ceci est la parfaite représentation de la campagne: un vieil homme blanc débattant avec un Barack Obama imaginaire".

Le président en titre, adepte des réseaux sociaux, ne pouvait pas louper l'occasion de réagir. Il l'a fait, subtilement, en postant lui aussi une photo sur Twitter: celle d'un siège où on le reconnaît de dos, avec la légende: "Ce siège est pris".

 

T.N.

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK