Salima Belabbas, nouvelle présentatrice du JT de RTL-TVI, victime d'insultes racistes 

Une présentatrice à nouveau victime d'insultes racistes !
Une présentatrice à nouveau victime d'insultes racistes ! - © Tous droits réservés

C’est l’un des nouveaux visages du JT de RTL-TVI, Salima Belabbas a présenté son premier journal mardi dernier. La jeune journaliste a déjà à son actif de nombreux reportages réalisés au sein de la chaîne privée, elle est aussi intervenue plusieurs fois en duplex. Si de nombreux internautes ont salué la qualité de son travail, d’autres en revanche ont publié des commentaires haineux et racistes. Si notre consœur ne semble pas vouloir régir pour l’instant, la direction de RTL-TVI elle envisage de porter plainte, bien décidée à ne pas laisser passer des faits qualifiés d’inacceptables.

Huit mois après le témoignage de Cécile Djunga…

Ces propos haineux et racistes, la comédienne et présentatrice météo de la RTBF, Cécile Djunga elle aussi en a été la victime. En septembre de l’année dernière, sur Facebook, elle avait laissé éclater sa colère et son émotion… après une énième insulte : une femme ayant appelé pour lui dire d’arrêter de présenter la météo parce qu’elle était "trop noire".

Cécile Djunga avait décidé de porter plainte, soutenue par la RTBF.

Autre présentatrice à être victime d’insultes racistes, Audrey Pulvar, première femme noire à présenter un journal national en France en 2005. A l’époque, elle avait reçu, dit-elle, sept ou huit lettres racistes mais ce n’était que le début. Au magazine "Télé Loisirs", elle avait confié : "Twitter est un média qui rend les gens fous […] Sur les réseaux sociaux, j’ai à faire à des tweets ou des messages sur Facebook qui relèvent du racisme […] Twitter est un média qui rend les gens fous parce qu’ils n’ont plus aucune limite, et se permettent de dire tout et n’importe quoi ".

Porter plainte

Les messages à caractère raciste peuvent être signalés auprès de Unia (Centre pour l’égalité des chances) car ce qui est dit sur internet peut avoir des conséquences. Les comptes des personnes à l’origine de ces insultes peuvent être supprimés et des actions en justice peuvent avoir lieu. On parle même de condamnation à des peines de prison. Le Mrax, le Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie plaide aussi pour une révision de la loi contre le racisme, une révision qui tienne compte de l’ampleur des réseaux sociaux. Une législation pour agir et sévir plus rapidement. Aujourd’hui, malheureusement, force est de constater que très peu de dossiers aboutissent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK