Les coulisses du Hollande-tour: la correspondante de la RTBF fait le buzz

Une journaliste belge suscite l'intérêt pour son récit de la campagne de François Hollande
Une journaliste belge suscite l'intérêt pour son récit de la campagne de François Hollande - © Belga

La correspondante belge basée à Paris du Soir et de la RTBF, Charline Vanhoenacker, suscite l'intérêt de nombreux médias français pour un article posté sur son blog, dans lequel elle raille notamment ses confrères français qui suivent la campagne du candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande.

Dans l'article intitulé "Ces journalistes qui se voient déjà à L'Elysée", Charline Vanhoenacker, qui travaille depuis 10 ans dans la capitale française, décrit le voyage qu'elle a effectué en compagnie du candidat Hollande à Reims, jeudi.

La correspondante raille notamment ses confrères hexagonaux, dont une frange a déjà été envahie par l'ivresse du pouvoir, écrit-elle, et qui ont fait du député corrézien "leur poulain".

Son billet comporte plusieurs citations de journalistes telles que "Ca va être cool de voyager dans l'Air Hollande one ! ". Charline Vanhoenacker se plaint également des mauvaises conditions de travail des journalistes étrangers et de ceux qui ne font pas partie des grands médias français (TF1, Le Monde, RFI, etc.) lors de ce type de déplacement.
La journaliste relate enfin quelques confidences faites en "off" par le candidat socialiste.

Le billet de la correspondante belge a été repris par de nombreux médias français (Le nouvel Observateur, Le Monde, Rue89) et suscite énormément de commentaires sur le web. "Un post assassin (...) trempé dans le vitriol", écrit notamment le site de critique des médias Arrêts sur Images.

Interrogée par Pascal Claude, Charline Vanhoenacker explique qu'elle a constaté "deux types de réaction à son article : il y a d'abord ceux qui disent que ce n'est pas en passant simplement une journée sur le Hollande-tour que vous pouvez vous permettre de tirer des conclusions définitives. J'ai envie de leur répondre qu'il ne faut pas passer une journée, une heure avec vous suffit. Par ailleurs il y a une frange de journalistes qui semblent en avoir ras-le-bol de ces pratiques, qui regrettent de ne pas pouvoir les dénoncer et qui ont été soulagés que je puisse en parler. Ce que les médias français n'osent pas dire, généralement ils le font dire par les médias étrangers". C'est ce qui explique sans doute le buzz médiatique qui a suivi l'article de Charline Vanhoenacker, comme le relais dont a bénéficié en 2009 le reportage de Jean-Philippe Schaller "Aucune tête ne doit dépasser lors d'une visite de Nicolas Sarkozy" en 2009.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK