Une de De Morgen retirée: RSF accuse Facebook de censure

RSF accuse Facebook de censure
RSF accuse Facebook de censure - © AFP / Karen BLEIER

Reporters sans frontières accuse Facebook de censure après que la une de vendredi du quotidien flamand consacrée à la Syrie a été supprimée du réseau social. Facebook n’a pas à interférer dans les choix éditoriaux des médias, selon l’organisation.

La une du journal De Morgen de vendredi a été retirée de Facebook, qui estimait qu'elle constituait une infraction aux règles du site. Cette image représentait  le conflit en Syrie avec un enfant qui pleure, le visage ensanglanté. C’est  une censure qui pose question, comme l’explique Olivier Basille de Reporters sans frontières (RSF): "C'est inacceptable, il n'appartient pas à Facebook encore une fois de censurer des images, tout spécialement quand elles émanent d'un organe de presse qui utilise son réseau pour le faire. Ou alors il faut s'interroger sur les images des attentats de Boston. Les réseaux sociaux font généralement deux poids, deux mesures, en fonction d'un certain nombre de choses. Ils se battent sur un plan, et avec légitimité, pour dire qu'ils n'ont pas de responsabilités éditoriales et qu'ils ne sont que des fournisseurs d'accès, ce qui est vrai et qui devrait être leur point de vue. Ils n'ont pas à avoir un point de vue d'éditorial sur le bon goût et ce qui est ou pas de l'information. Et les codes de conduites de Facebook ne peuvent pas aller à l'encontre de ce qui est inscrit, que ce soit dans le droit américain ou dans le droit belge ou dans le droit international en matière de liberté de l'information".

Pour RSF, il n’y a aucun doute : "C'est de la censure. Quand vous retirez une information qui, au demeurant, est disponible sur d'autres sites. Si vous avez une décision de justice, elle s'applique à tous les supports, sinon c'est une décision unilatérale d'une société. Donc, oui, c'est une censure, il faut arrêter de tourner autour du pot".

A.L. avec O. Leherte

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK