Une cheminée dans la télé: comment la "slow TV" a changé Noël

Les fêtes de fin d'année approchent. Ça sent le sapin pour 2017... et ça sent peut-être aussi les aiguilles du sapin dans votre salon. Il ne vous manque que la cheminée avec quelques bûches qui crépitent pour compléter ce tableau hivernal. Mais faire un feu de bois n'est pas sans risques, comme le signale la VRT sur son site internet. Dangereux pour les poumons (sauf si vous prenez la peine de ventiler votre habitation), mais aussi dangereux pour l'environnement à cause des particules fines émises par le brasier.

Heureusement, la technologie moderne a tout prévu pour garantir une ambiance festive dans tous les foyers. En 1966 déjà, la chaîne américaine WPIX lançait sa version télévisée de la "yule log" (comprenez "la bûche de Noël"), soit plusieurs heures de diffusion d'un feu de cheminée. Fait rare : la retransmission se faisait alors sans interruption publicitaire.

Aujourd'hui, les maîtres incontestés du genre sont les Norvégiens qui ont élevé la "slow tv" (la télévision de la lenteur) au rang d'art. Parmi leurs spécialités : des trajets en train vus depuis la locomotive pendant plusieurs heures, des gens en train de tricoter ou de pêcher filmés sans commentaire... et bien sûr un feu de bois qui crépite dans l'âtre. Ce dernier programme réalise à chaque fois de belles audiences.

Au Canada aussi, ce spectacle apaisant a sa propre chaîne de télé. Le câbloditributeur Videotron a annoncé dimanche qu'elle mettait en place sa chaîne saisonnière consacrée au "feu de foyer", comme on dit là-bas. "C'est le poste que je sélectionne quand je veux lire un bon livre dans mon fauteuil avec une jetée et un bon breuvage chaud quand il fait froid... Le crépitement du feu de bois je trouve ça relaxant et réconfortant pendant ma lecture", se réjouit une internaute dans les commentaires.

On prend les bûches les plus télégéniques 

Ce feu canadien, dont les images ont été tournée l'été dernier, fait l'objet de toutes les attentions. Comme l'explique Benjamin Nantel, gestionnaire des services créatifs de Stingray, récemment interrogé par La Presse. "L’équipe fait un premier feu, qui n’est pas filmé, pour créer un bon lit de braise chaude dans l’âtre du foyer, pour la suite des choses. Après, [...] on prend les bûches les plus télégéniques – de l’érable, sec mais pas trop sec –, on les dispose dans le foyer et on appuie sur RECORD."

En Belgique, il n'existe pas de chaîne de télé qui diffuse de tels programmes. Heureusement, il y a des solutions : sur YouTube, on trouve des dizaines de vidéos d'âtre brûlantes. La plus vue dure 8 heures et compte plus de 16 millions de vue depuis sa mise en ligne en 2014.

Sur Netflix Belgique, les abonnés ont droit à trois choix de feux. "Pour la première fois en 4K Ultra HD, le célèbre feu de cheminée de Noël fait crépiter les bûches dans une douce chaleur en haute définition", précise la description de l'une de ces vidéos dans une traduction.

Et comme il n'y a pas que Noël dans la vie, sachez qu'il existe aussi sur YouTube des vidéos avec toutes les ambiances possibles et imaginables. Son de la pluie qui tombe sur la carrosserie d'une voiture (version de 10 heures ici), orage interminable, bruit de la mer avec chants d'oiseaux... La toile est décidément pleine de ressources.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK