Un promoteur immobilier proche de Bart De Wever attaque de nouveau en justice le média flamand Apache

Un promoteur immobilier proche de Bart De Wever fait pression sur le média flamand Apache
Un promoteur immobilier proche de Bart De Wever fait pression sur le média flamand Apache - © Tous droits réservés

Le promoteur immobilier anversois Erik Van der Paal attaque de nouveau en justice le site d’investigation Apache. Il demande notamment une astreinte de 5000 euros par jour depuis la mise en ligne d’un article qui mentionne son nom. Erik Van der Paal vs. Apache ou comment un promoteur immobilier influent emploie tous les moyens pour faire taire un média indépendant critique.

"Erik Van der Paal enclenche un tsunami de procédures contre Apache" : c’est le titre de l’article qui annonce que le journal d’investigation indépendant fait l’objet de quatre poursuites lancées par le promoteur immobilier proche de Bart De Wever.

Erik Van der Paal souhaite que le média retire un article dans lequel Apache mentionne son nom en tant que lobbyiste agissant pour l’une des deux parties en course pour acquérir un grand projet immobilier à Anvers.

Attaques successives

Ce n’est pas la première fois qu’Erik Van der Paal traîne Apache en justice. Il a déjà attaqué le site après ses révélations sur des dossiers de construction controversés à Anvers et la diffusion en novembre 2017 d’une vidéo que le site d’informations a réalisée lors de la fête d’anniversaire du promoteur immobilier Erik Van der Paal au restaurant étoilé 't Fornuis.


►►► À lire aussi : La chambre du conseil d’Anvers renvoie des journalistes d’Apache en justice suite à une vidéo


Sur ces images filmées en caméra cachée, on voit de nombreux responsables politiques de tout bord arriver au restaurant étoilé 't Fornuis pour l’anniversaire d’Erik Van der Paal. Plusieurs membres du conseil communal d’Anvers de l’époque, dont le bourgmestre Bart De Wever, ainsi que des dirigeants socialistes wallons comme Stéphane Moreau et Alain Mathot étaient présents.

Les journalistes d’Apache ont également découvert qu’ils étaient suivis par des détectives privés pendant la période au cours de laquelle Land Invest Group a déposé diverses demandes de dommages et intérêts contre Apache, notamment à l’automne 2016. La filature des journalistes a donné lieu à un avertissement du Conseil de l’Europe le mercredi 8 janvier.

Ogeo fund attaque Le Vif/L’Express

Dans le cadre de l’enquête appelée Land Invest Gate, Tom Cochez, journaliste néerlandophone (Apache) a collaboré avec David Leloup, journaliste francophone (Le Vif/L’Express). Leur enquête a également révélé Land Invest était une ex-filiale immobilière du fonds de pension liégeois Ogeo Fund.

Les articles publiés par Le Vif ont montré des interactions entre Ogeo Fund, la N-VA et des investissements immobiliers à Anvers. Il y est question d’argent prêté par Ogeo, de rémunérations élevées, de frais de restaurants, des sommes que facture une architecte proche de Stéphane Moreau et de voyages à Cannes, notamment.

Ogeo Fund considère que ces articles lui nuisent a lui déposé plainte et réclame 500.000 euros.


►►► À lire aussi : Ogeo Fund attaque en justice trois journalistes et leur réclame 500.000 euros


À la suite des nouvelles plaintes d’Erik Van der Paal, Apache a retiré temporairement l’article qui mentionnait le promoteur immobilier pour finalement le remettre en ligne. "Nous restons déterminés et sommes convaincus à 100% que nous ne pourrons jamais perdre cette affaire sur le fond et que nous n’aurons donc jamais à payer de dommages et intérêts", lit-on sur le site du média.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK