Un comité de soutien à Mathias Depardon, photographe français détenu en Turquie

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontièrs (RSF) et la mère du photographe emprisonné, Danielle Van de Lanotte devant l'ambassade de Turquie à Paris le 25 mai dernier.
Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontièrs (RSF) et la mère du photographe emprisonné, Danielle Van de Lanotte devant l'ambassade de Turquie à Paris le 25 mai dernier. - © GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Un comité de soutien à Mathias Depardon vient de se créer à Bruxelles. Mathias Depardon est ce photographe indépendant français détenu depuis un mois en Turquie. Sa mère, qui est Belge, et ses nombreux amis à Bruxelles s’inquiètent de ne pas le voir libéré, malgré l’intervention du président français, Emmanuel Macron.  

Mehmet Koksal, porte-parole de la Fédération européenne des Journalistes a une explication. "Il faut comprendre qu’il ne fait pas l’objet de poursuites pénales. Il est poursuivi pour avoir exercé la profession de journalisme sans autorisation, sans accréditation du bureau du Premier ministre turc. Normalement, son accréditation était renouvelée chaque année, mais cela n’a pas été le cas la dernière fois. Mathias a continué à travailler comme il en avait l’habitude mais, subitement, pour des raisons qui dépassent peut-être le cas de Mathias Depardon, il est détenu et il n’est toujours pas expulsé."

Mathias paye pour des enjeux qui lui échappent

Son cas a été abordé au plus haut niveau, entre le président Erdogan et le président Emmanuel Macron en France, mais il est toujours en détention. "On a l’impression que Mathias paye pour quelque chose qui lui échappe totalement, c’est-à-dire des enjeux qui concernent plus particulièrement les deux pays: la France et la Turquie, ou alors l’Europe, l’Union européenne, et la Turquie. "

Mathias Depardon est en prison en Turquie depuis le 8 mai dernier.

Reportage du JT 13h du jeudi 08 juin:

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir