The Best Amendment, un jeu vidéo pour pousser à la réflexion sur les armes

The Best Amendment, un jeu vidéo pour pousser à la réflexion sur les armes
The Best Amendment, un jeu vidéo pour pousser à la réflexion sur les armes - © Capture d'écran du gameplay

Le 14 février dernier, une fusillade au lycée de Parkland coûtait la vie à 17 personnes, en majorité des jeunes, une fusillade de masse qui a relancé une fois de plus le débat sur les armes à feu aux États-Unis. Bousculé par la colère populaire, le président américain Donald Trump en vient à proposer d'armer les professeurs.

Des armes pour contrer les armes

"Cette logique, on la retrouve au cœur d'un jeu vidéo de 2013, The Best Amendment", exlique Julien Annart, détaché pédagogique auprès de FOr'J et responsable Gaming du Quai 10. 

Le titre du jeu que l'on peut traduire par 'Le Meilleur amendement' fait évidemment référence au amendement qui protégerait le droit de chaque citoyen de posséder une arme à feu aux États-Unis.

"C’est cette logique, défendue par la puissante NRA, le lobby des armes à feu aux États-Unis, que ce jeu propose de mettre en forme et quelque part de pousser jusqu'à l’absurde", explique Julien Annart.

Le jeu est conçu par la Molleindustria, un collectif italien, il s'agit d'un titre d’action gratuit directement jouer dans un navigateur. Le principe du jeu est simple : "Il vous fait littéralement jouer la citation la plus connue du lobby de la NRA : 'la seule chose qui arrête un méchant avec une arme, c’est un gentil avec une arme'".

Un jeu d'action qui pousse à la réflexion

Le responsable Gaming pense que le jeu se pose comme un jeu d'action, mais qui pousse à la réflexion, "sa grande qualité est qu’à aucun moment il ne vous assomme d’un discours moralisateur, il vous pousse à réfléchir à la logique contenue dans cette phrase. Et il le fait en action, en jouant, en vous plongeant dans les causes de la violence et en mettant en scène les cercles vicieux qu’elle entraîne".

À l'opposé, un autre jeu produit l'année passée par l'armée américaine était conçu pour former les étudiants à régir aux tueries de masse. Celui-ci propose une histoire, avec un retournement en fin de partie qui interroge le joueur.

Selon Julien Annart, "l’idée n’est pas seulement de mettre des freins, de placer le joueur face à ses propres contradictions. Parce que The Best Amendment parodie aussi les blockbusters du jeu vidéo, les Call of Duty, etc., ces jeux très militaristes qui d’habitude disent que la solution est dans les armes et donc dans la violence".

Si l'expérience vous tente, vous pouvez télécharger le jeu sur le site internet des développeurs, qui pose l'interrogation suivante : "L'enfer, c'est les autres. Mais si les autres, c'était vous ?"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK