Télévisions publiques: trop d'économies et de politisation

RTBF
RTBF - © RTBF

L'Union européenne de radio-télévision (UER) a dénoncé les coupes budgétaires dans les services publics de radio-télévision en Europe et l'ingérence des gouvernements dans les nominations, qui menacent selon elle la qualité de la programmation.

"Les budgets des télévisions publiques ont été coupés dans de nombreux pays", notamment en Hongrie, Moldavie, Lituanie et en Belgique, a indiqué la nouvelle directrice de l'UER, Ingrid Deltenre, selon laquelle la "pression financière" a augmenté dans les services publics de radio-télévision.

"Depuis quelques années, nous constatons une politisation du service public. De l'autre côté, la pression financière augmente aussi", a indiqué la responsable de l'organisation dans un entretien à l'AFP.

"Dans de nombreux de pays, il y a une importante rotation dans la direction des chaînes publiques pour des raisons politiques", a-t-elle poursuivi, ajoutant que ces changements influaient "sur la qualité des programmes".

Pour la patronne de l'UER, la proximité entre milieux politiques et médias publics incite les auditeurs à mettre en question leur indépendance et à se tourner vers les chaînes privées.

Le sport hors de prix

La directrice de l'UER a également dénoncé la hausse des droits de retransmission télévisés et les contrats exclusifs, notamment dans le sport mais aussi lors d'événements culturels.

"On est arrivé à un point où il faut trouver des solutions avec les fédérations sportives", car "beaucoup de chaînes du service public n'arrivent plus à payer les sommes" exigées par les fédérations sportives.

L'UER, qui compte 75 membres actifs dans 56 pays, est actuellement présidée par Jean-Paul Philippot, l'administrateur général de la RTBF. Son mandat court jusqu'au 31 décembre 2010.


avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK