Surveillance électronique: le lien Chine-USA "mis à l'épreuve"

Les portails d'information des géants du web que sont Sina, Sohu et Tencent affichaient tout en haut de leurs titres d'actualité les fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique, en insistant sur le fait que, selon Edward Snowden, les services américains avaient accès aux communications de centaines de milliers d'ordinateurs, parmi lesquels de très nombreux en Chine.

Ces révélations vont "immanquablement ternir l'image de Washington à l'étranger et mettre à l'épreuve les relations entre la Chine et les Etats-Unis", a estimé le journal China Daily.

"Pendant des mois Washington a accusé la Chine d'espionnage informatique, mais il apparaît qu'aux Etats-Unis la plus grande menace pesant sur le respect de la vie privée et les libertés individuelles est le pouvoir sans contrôle du gouvernement", a commenté Li Haidong, un chercheur sur les Etats-Unis de l'Université chinoise des affaires étrangères, cité par le quotidien.

Trois jours après avoir revendiqué au grand jour être la "taupe" à l'origine des révélations sur ces programmes secrets, l'ex-consultant de l'Agence nationale de sécurité (NSA), une des principales agences de renseignement des Etats-Unis, a fourni mercredi plus de détails sur les méthodes d'espionnage américaines.

"Nous piratons les systèmes centraux des réseaux - comme d'énormes routeurs internet, en général - qui nous donnent accès aux communications de centaines de milliers d'ordinateurs sans avoir à pirater chacun d'entre eux", a détaillé Snowden dans un entretien accordé à un quotidien de Hong Kong, où il est réfugié depuis le 20 mai.

Parmi les cibles de la NSA, des centaines sont visées depuis 2009 à Hong Kong ou en Chine, a affirmé Edward Snowden, qui dit agir notamment pour dénoncer "l'hypocrisie du gouvernement américain quand il assure qu'il n'espionne pas d'infrastructures civiles, au contraire de ses adversaires".

Pékin dit n'avoir "aucune information à fournir"

La Chine a déclaré jeudi n'avoir "aucune information à fournir" au sujet d'Edward Snowden. "Je n'ai aucune information à fournir", a répondu Mme Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise, à plusieurs questions portant sur une éventuelle demande d'asile du réfugié ou sur l'emplacement exact où il se cacherait.

La porte-parole a réitéré la position chinoise selon laquelle "comme d'autres pays, la Chine fait aussi face à de graves menaces d'attaques informatiques".

"Nous sommes opposés à toute forme de piratage et d'attaque informatique", a-t-elle affirmé.

Edward Snowden, dont les révélations ont provoqué la stupéfaction dans le monde entier, a assuré qu'il lutterait contre toute demande d'extradition de la part du gouvernement américain.

Se présentant comme "ni un traître, ni un héros", le citoyen américain a ajouté s'en remettre à la justice et aux habitants de Hong Kong.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK