Suite à une polémique, le personnage d'Apu disparaîtra dans la prochaine saison des Simpson

Le personnage d'Apu était apparu dans "Les Simpson" pour la première fois en 1990, lors de la première saison
Le personnage d'Apu était apparu dans "Les Simpson" pour la première fois en 1990, lors de la première saison - © capture d'écran - Youtube

La nouvelle a fait trembler la toile et les fans des Simpson ce week-end. Partout sur le web, on a pu lire la nouvelle : Apu, le sympathique propriétaire du Kwik-E-Mart à Springfield va tout simplement disparaître après 25 saisons. Les créateurs de la série ont décidé de tout simplement le supprimer suite à une longue polémique lancée par des personnalités et des citoyens américains d'origine indienne.

Cette décision, pour le moins radicale, est le fruit d'une polémique qui fait date, lancée par un documentaire intitulé "The Problem with Apu", réalisé par l'acteur américain d'origine indienne Hari Kondabolu. Dans ce film, il mettait l'accent sur l'aspect problématique du personnage d'Apu, rassemblant pléthore de clichés sur les personnes d'origine indienne, en faisant un emblème gênant et surtout faussé de toute une communauté. Ce petit bonhomme à la peau marron, et non jaune comme la majorité des habitants de Springfield, avait fait son apparition dans le show de Matt Groening lors de la première saison en 1990.

C'est sur le site IndieWire, qu'on a appris la nouvelle de la suppression du personnage emblématique des Simpson. Dans une interview pour ce site dédié à la production audiovisuelle, Adi Shankar, le producteur de la série aux personnages jaunes explique avoir cherché la solution la plus correcte pour résoudre ce "problème Apu". Il raconte ensuite avoir écrit un script parfait pour la prochaine saison de la série mais sans le petit épicier d'origine indienne.

Reste à savoir si le personnage sera simplement effacé, avec un retour potentiel par la suite, ou si un épisode expliquera pourquoi il n'apparaîtra plus ensuite.

Extrait d'un épisode des Simpsons

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK