Spotify accusé de proposer des faux artistes pour augmenter ses bénéfices

C’est le site spécialisé Music Business Worldwilde qui avait mis le feu aux poudres en accusant Spotify d’inclure dans ses playlists les plus écoutées des chansons composées par des compositeurs fantômes.
2 images
C’est le site spécialisé Music Business Worldwilde qui avait mis le feu aux poudres en accusant Spotify d’inclure dans ses playlists les plus écoutées des chansons composées par des compositeurs fantômes. - © Jason Davis - AFP

La société de musique en streaming Spotify est accusée d’insérer dans ses playlists des morceaux composés par de faux artistes. Il s’agirait d’un moyen pour Spotify d’encaisser directement les royalties liées à ces morceaux. De son côté, la société suédoise dément l’information.

C’est le site spécialisé Music Business Worldwilde qui avait mis le feu aux poudres en accusant Spotify d’inclure dans ses playlists les plus écoutées des chansons composées par des compositeurs fantômes. L’intérêt de cette astuce? Tirer plus de bénéfices sur ces morceaux. Quand un morceau est écouté sur Spotify, cela engendre des bénéfices. Une partie de cet argent va dans les caisses Spotify, mais une autre partie va à l’artiste propriétaire des droits de la chanson. Dans le cas de ces morceaux de compositeurs fantômes, l’entièreté des bénéfices irait donc dans la poche de Spotify au lieu d’aller dans celle des artistes ou des labels musicaux.

3 000 000 $ de royalties

D’après les informations dévoilées par Music Business Worldwilde sur base de témoignages d’acteurs du monde de la musique (sous couvert d’anonymat), Spotify conclurait des accords avec des compositeurs pour composer des chansons sous un pseudonyme. Ainsi, un certain Charles Bolt comptabilise plus de 32 millions d’écoutes avec deux morceaux alors qu’il n’est pas connu du grand public, qu’il n’a ni compte Twitter, ni compte Facebook. Music Business Worldwilde a dévoilé une liste de plus de 50 noms de faux artistes que l’on ne retrouve que sur Spotify. Leurs morceaux se retrouvent dans les playlists les plus populaires proposées par Spotify. D'après Music Business Worldwild, ces faux artistes auraient généré 520 millions d’écoutes en quelques mois, ce qui équivaudrait à trois millions de dollars de royalties qui n'iraient pas dans les caisses des artistes et des labels.

Spotify dément

La société de streaming musical a récemment enregistré une perte nette de 539 millions d’euros. Spotify utiliserait donc ce système de compositeurs fantômes pour renflouer ses caisses? D'abord silencieuse, la société suédoise a finalement démenti ces accusations. "Nous n’avons jamais créé de faux artistes pour les mettre dans des playlists, affirmait un porte-parole de Spotify. C’est catégoriquement faux, arrêtons ça. Nous payons les redevances pour tous les morceaux et pour tout ce que nous ajoutons aux playlists. Nous ne possédons aucun droit, nous ne sommes pas un label, toute notre musique est licenciée auprès d’ayants droit que nous payons. Nous ne nous payons pas nous-mêmes". Cela n'explique toujours pas pourquoi tous ces artistes sont inconnus et apparaissent uniquement sur Spotify.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir