Soca Dance, Yakalélo, Ketchup Song: 15 tubes de l'été inoubliables (ou... à oublier) qui ont enflammé les dancefloors

Joe Dassin, Ricky Martin, Shakira et Luis Fonsi
6 images
Joe Dassin, Ricky Martin, Shakira et Luis Fonsi - © BELGA/AFP

"Viiiiivre... sous l'équateur du Brésil / Entre Cuba et Manille / À l'heure d'été c'est facile
Prends-moi la main, viens danser"...
Et bien, on arrive, Gilbert! Allumons prestement le poste de radio et allons donc nous trémousser, comme le propose l'ami Montagné! Pour ce petit cocktail de tubes de l'été, prenez des airs entêtants, des paroles faciles à retenir (et paradoxalement souvent incompréhensibles), des rythmes venus des mers du sud, des chorégraphies simples mais efficaces et des clips "caliente" à souhait. Secouez. Et tous en piste! 

(N.B.: nous nous concentrerons pour cet exercice ô combien subjectif principalement sur ce qui a fonctionné sur les marchés belges et français)  

 J'ai dans la tête un oiseau, qui te dit tout haut "viens danser" - é

La Lambada, Kaoma (1989)

Déflagration mondiale. La Lambada a explosé en 1989. Et on se souvient de l'enivrant "collé-serré" de ces danseurs gigotant sur une plage de sable blanc. Et du ramdam que ça a fait surtout. Avec ce hit matraqué sur les antennes, cet été là avait des allures d'un bourrage de crâne à grande échelle. Premier tube de l'été "industriel", la Lambada a été conçue pour cela. C'est TF1 qui a dégainé cette chanson, sortie tout droit d'une sombre armoire à disques bolivienne. Créée en 1981, la chanson originale s'appelle Llorando se fue. Elle a été reprise par un groupe péruvien, puis traversa les Andes pour faire un tube au Brésil en 1988. Un groupe portugais, nommé Kaoma, la reprend l’année suivante. L’accordéon remplace la flûte de pan. La première chaîne française chope le groupe lusitanien, s'associe avec une marque (Orangina, pour ne pas la citer) et lance le morceau lors de la fête de la musique. Une chorégraphie efficace est trouvée par la même occasion. Le clip est ensuite littéralement matraqué tout l'été sur antenne. Et Bingo! 1 735 000 exemplaires du single vendus en France.

La chanson passe ensuite l'ancien Rideau de fer, et arrive dans une Europe de l'Est fraîchement libéré du communisme. La chanson devient alors un ode à une ère nouvelle. 15 millions d'exemplaires sont vendus dans le monde.  

Los Kjarkas, dans toute leur splendeur, en 1981 

Le hic dans l'histoire de la Lambada, c’est que les Portugais de Kaoma n’ont pas fait part à l'époque de leur "influence" bolivienne à la SACEM. Mais le plagiat est évident. Los Kjarkas toucheront environ 1,3 millions d'euros (6 millions de francs français de l'époque) en droits d'auteur de la part de Kaoma. L'épilogue est encore plus dramatique. Le tube était bien "caliente", mais là c’est allé peut-être un peu trop loin. En janvier 2017, la chanteuse, originaire du Brésil, était retrouvée carbonisée dans sa voiture

Soca Dance, Charles D. Lewis (1991)

Si ça a marché une fois, pourquoi ne pas retenter sa chance? TF1, et le producteur Gérard Louvin, débusquent un chanteur de la Barbade vivant en Allemagne. Décollage du projet et propulsion en mode Lambada, bombardement sur les écrans de télé, et le tube est sur orbite. Six semaines d'été en première place du TOP 50. Efficacité maximale. Merci, TF1. 

Dance, Soca dance soca dance 
Dance, soca dance do the soca dance 

 

Parenthèse: et avant, on faisait comment, alors?

Et bien avant, on faisait des succès, mais sans chaînes et sans marques commerciales derrière. Tout simplement. On n'appelait pas ça "tube". Mais pourtant, ça l'était. La Lambada a été le premier "tube" fabriqué pour cela. Formaté télé. Les étés des années 60 et 70 étaient plutôt marquées par des ballades langoureuses, voire des slows crapuleux tels Aline de Christophe (1965) - qui était en compétition la même année avec Capri, c'est fini d'Hervé Villard -; Rain and Tears des Aphrodites Child (le groupe de Demis Roussos) en 68; Pour un flirt de Michel Delpech en 71; Qui Saura? de Mike Brant et Un beau roman, une belle histoire de Fugain en 73; l'Eté Indien de Joe Dassin et Le Sud de Nino Ferrer en 75. S'en suit alors la fièvre du disco, où des Bee GeesBoney M., Patrick Hernandez, Abba, Sheila et autres Dalida embrasent les pistes de danse lumineuses. Les cols pelle à tarte et les pattes d'eph sont de sortie, dans les dancings à la mode. 

 

A noter, en août et septembre 1976, gros tube international pour Porque te vas de Jeanette. La chanson, sortie en Espagne, a déjà 2 ans à ce moment-là, mais c'est la sortie d'un film dont elle est la bande originale, "Cria Cuervos", qui la propulsera. Ce titre, encore dans toutes les mémoires, avec ses paroles d'une tristesse absolue, sera le seul (et pesant) succès pour la jeune Jeanette. 

Porque te vas ("Puisque tu pars"):     

Dans les années 80, l'été musical commence à avoir une saveur différente. Chaleur, rythmes chaloupés et instruments aux sonorités méridionales inondent les ondes. Il tape sur des bambous (Philippe Lavil, 1982); Vamos a la Playa (Righeira, 1983); Macumba (Jean-Pierre Mader, 1985); La Bamba (Los Lobos), La Isla Bonita (Madonna) et Yaka dansé (Raft), en 1987 ou encore les Gipsy Kings avec leur Bamboleo l'année suivante. Le "tube de l'été" étant un concept, la liste n'est donc pas exhaustive -pour ne pas qu'il y ait Maldon, comme le dirait Zouk Machine (1990)-.  

C'est une saison qui n'existe que dans le Nord de l'Amérique... Là-bas, on l'appelle l'été indien
Mais c'était tout simplement... le nôtre

Saga Africa, Yannick Noah (1991)

Après cette parenthèse ô combien nostalgique, retour dans la décennie 90, et l'ambiance de la brou-ou-sse! L'été 91, c'est balle de match pour Yannick Noah. Les origines camerounaises du vainqueur de Roland-Garros 1983 se retrouvent dans ce tube de l'été. Numéro 2 du top 50. Le king de la terre battue s'est lancé dans la chanson avec succès, de quoi faire honneur à ses dents du bonheur. 

En avant les secou-ou-sses!  

Vu les accointances sportives de l'interprète, la chanson deviendra également une sorte d'hymne pour l'équipe de France de tennis. Comme ici à Lyon, quand la France gagna la coupe Davis en 1991. Ils remettront le couvert en 2017, après la victoire de l'équipe (coachée par un certain...Yannick Noah) en finale face à la Belgique.   

Bailando, Paradisio (1996)

Destination justement le plat pays pour pousser un petit cocorico de fierté! En 96, un groupe belge est dans les charts estivaux. Avec son Eurodance, Paradisio fait un carton en 1996. Sachez que le groupe est toujours actif à l'heure actuelle.

Si Senor, una emociooooooon!  

La Macarena, Los del Rio (ainsi que...Los del Mar) - (1996)

Débarque le même été THE Tube. The cyclone. Celui qui a tout emporté sur son passage. Celui qui fait bouger des bras ma tante Jacqueline et qui vous poursuit encore dans les mariages et les Bar-Mitzvah, plus de vingt-ans après. Le tsunami Macarena.   

Elle se nommait à l'origine Magdalena. Los del Rio, un groupe ibère composé de deux vieux briscards de la chanson andalouse, la compose en 1993 en Amérique du Sud. Le titre sort dans une version un peu rumba. Des touristes l'entendent et ramènent la chansonnette dans leurs bagages vers l'Europe et les States. La communauté latino adopte alors la Macarena. Mais il faudra attendre trois ans et une version remixée pour qu'elle s'envole vers le sommet des Charts.

Le point fort du tube: sa chorégraphie. Et c'est encore Mya Frye et ses rocambolesques cheveux qui s'y collent. Facile à réaliser, elle se danse seul, mais collectivement. Et le monde entier de se trémousser (avec plus ou moins de style) sur cette musique entêtante. Et même les premières dames. Souvenez-vous de ce congrès du parti démocrate:   

Succès tellement mondial qu'un édifice religieux a été dédié à cet hit. La basilique de la Macarena peut être visitée à Séville. Elle est située à côté de la Porte du même nom. 

Il s'agit évidemment d'une petite fantaisie de notre part, mais un quartier de la belle andalouse se nomme bel et bien comme ça. 

Mais... Qu'est-ce que c'est que ça? Vous vous souvenez peut-être, (et sans blague maintenant), cette année 96 a vu coexister... deux Macarena(s)! Les Los del Mar, espagnols eux aussi, étaient sur le coup. Avec une autre version, sensiblement la même (sauf que l'on y entendait pas de voix féminines et que les gestes n'étaient pas identiques). Certains disent que "Ceux de la Mer" étaient les premiers sur le coup. D'autres que c'était bien "Ceux de la Rivière". Les deux versions passaient à la radio et en télévision (selon les chaînes, M6 étant côté rivière, TF1, arrivé plus tard, côté mer ). Il y eu procès, mais comme les deux groupes avaient payé les droits nécessaires, il n'y eu pas de gagnants. 

Hey, Macarena(s)! 

La fin des 90' et une France machine à tubes (et à paroles bizarres): "Tic Tic Tac" de Carrapicho, "Alane" de Wes et autres joyeusetés...

Un feu d'artifice pour les danseurs du dimanche (et ma tante Jacqueline) que cette fin de décennie 90. Les chaînes françaises se livrent alors à une lutte fratricide sur le terrain tubesque de l'été. Sur France 2, en 1996, ce sera le Brésil. Patrick Bruel a débusqué le groupe Carrapicho dans la forêt amazonienne. C'était à l'occasion du tournage du film "Le Jaguar", de Francis Veber. Chanson efficace, chorégraphie simple, leur "Tic Tic Tac" est encore dans les têtes et dans les hanches. Et comme le stipule un article du point.fr, peu se doutait l'époque que la danse était constituée de gestes traditionnels indiens du XVIIIe siècle. Le tube connaîtra le succès, mais finira écrasé par le rouleau compresseur Macarena.

L'année suivante, la chaîne privée TF1 veut voler dans les plumes du service public et place en pôle position les Camerounais du groupe Wes, avec "Alane". La précieuse capillaire Mia Frye est ressortie pour faire la choré, on met dans le coup RTL et fun Radio, ainsi qu'une marque commerciale (mais de café cette fois). 

En 98, la première chaîne remet le couvert. Place à "Yakalelo", des Nomads. Il s'agit de world music. "Yakalelo" ne veut strictement rien dire, mais ce n'est pas grave. Le tube se classe n°2. Et en face, il y aura cet été là aussi "Pata Pata". Une reprise de Miriam Makeba par la chanteuse sénégalaise Coumba Gawlo. Disque d'or en Belgique, et de platine en France. L'été sera aussi marqué mondialement par Ricky Martin et son "Un, dos, très (Maria)", ainsi que par la reprise de "I Will Survive " de Gloria Gaynor, lors de la victoire de l'équipe de France à la coupe du monde de football (pour ceux qui l'aurait oublié).  

Petite salve de tubes rien que pour vous : 

​​​​​​​Tomber la chemise (1999)

Zebda, groupe toulousain axé "chanson contestataire", ne s'attendait pas à tenir le haut du pavé estival cette année-là. Ils avaient juste voulu faire une petite chanson légère, c'est devenu un hymne à la fête, à la liberté et à la tolérance. Aux Victoires de la Musique 2000, Tomber la chemise sera élue "Meilleure chanson" (et Zebda "meilleur groupe"). La formation musicale, avec ce succès inattendu, commencera néanmoins le millénaire en période de turbulence. Après Tomber la chemise, leur maison de disque désirait (et c'est un euphémisme) un autre tube. Le groupe était alors partagé entre la recherche de thèmes musicaux "faciles" et qui plairaient aux programmateurs des radios et un retour à leur premières amours, c'est-à-dire leur essence sociale. Après un autre album en 2002 (qui marchera beaucoup moins bien), Zebda se séparera, pour mieux se reformer en 2008.

Mambo n°5, Lou Bega (1999)

L'autre sensation de l'été 99 nous vient d'Allemagne. Un certain Lou Bega assaille alors les ondes radio. Incroyable succès. La chanson, au rythme de mambo, reste 20 semaines consécutives en tête des ventes de singles en France. Il s'agit d'un record absolu depuis 1984, quand le classement a été créé. L'air d'origine nous vient de Perez Prado, qui l'a mis en onde en 1949 . L'artiste allemand d'origine italo-ougandaise, de son vrai nom David... Lubega, y rajoute des rythmes de dance music et des paroles. Et hop, les DJ des fêtes de village ont un disque de plus à proposer.  

Aserejé, Las Ketchup (2002)

En 2002, c'est à un groupe espagnol au féminin, Las Ketchup, d'envoyer la sauce. Classée numéro 1 dans 26 pays, la chanson est restée dans les mémoires....Ainsi que sa chorégraphie, avec les mains se chevauchant frénétiquement. Musica!  

Aserejé, ja deje tejebe tude jebere
Sebiunouba majabi an de bugui an de buididipí 

Le tube en rappelle un autre, et en est inspiré. "Rapper's Delight", de The Sugarhill Gang, a fait bouger les popotins en 1979, et a lancé le hip-hop. Las Ketchup en transforme les paroles en une espèce de yaourt incompréhensible en "Spanglish". Le résultat: le monde entier fredonne la chanson, sans en comprendre un traître mot! 12 millions d'exemplaires vendus pour "Las Hijas del Tomate". Juteux, tout ça...   

 

Le déclin du modèle, dans les années 2000

A l'entame du troisième millénaire, les règles du jeu vont changer. Les autorités françaises, et le CSA, perspicaces, remarquent quand même que ces clips et leurs variantes (des bouts de 20 à 30 secondes) diffusés à longueur d'été et à n'importe quelle heure sur les chaînes de télé, ben... ça a des allures quand même d'une énorme campagne de pub. Le système mis en place va avoir du plomb dans l'aile. Fini la réclame permanente et place aux "partenariats"  entre maisons de disques et médias. Le clip, qui doit maintenant, pour être diffusé, faire au moins 1'30, embarrasse. On ne peut plus le balancer comme ça à l'antenne dès qu'on a trois secondes de libre. De plus, internet fait alors son apparition dans notre quotidien. On peut tout y trouver, en tous temps. Les saisons ont donc moins d'importance et l'attrait pour les singles se tarit, comme l'explique par exemple le site slate.fr... La faute aussi à la télé-réalité, Les chaînes mettant dorénavant le paquet sur les artistes des Star Academy et autres Nouvelle star

Finie, la période dorée. Cependant, ce n'est pas pour autant qu'il n'y a plus de succès en période estivale, et dans une dimension davantage mondiale. Au milieu de la décennie 2000, Les compteurs de vues sur le net vont commencer à s'affoler...   

"French touch" et bêtes à poil

Commençons par des productions (voire des "machins") venant de l'outre-Quiévrain.

Stach stach (2003). Proposé par les Bratisla Boys, groupe parodique créé par Michaël Youn. Ne vous cassez pas la tête sur les paroles, elle ne veulent absolument rien dire.  Un exemple de "machin".11 semaines en tête du box-office hexagonal. Gloups. 

Love is gone. (2007). L'amour a beau être parti, David Guetta lui, arrive alors vers les sommets.  

C'est beau la Bourgeoise (2008). Gros succès pour Discobitch, un groupe de DJ/producteurs: Kylian Mash et Laurent Konrad 

Ca m'énerve (2009) Le DJ Helmut Fritz, avec Laurent Konrad (encore lui), vendront le single à environ 350 000 exemplaires.  

Citons aussi les Magic System, dont les tubes s'enchaînent années après années et enflamment les bals des pompiers des 14 juillets hexagonaux. 

Nous arrivons au clou du spectacle proposé par nos amis français: Mignon Mignon, de René la Taupe (2010). Un personnage animé pour vendre des sonneries de gsm, qui s'est mué en phénomène. La chanson, qui fait presque saigner des oreilles, s'est retrouvée devant Shakira et son Waka waka au sommet du TOP 50 cette année-là. Classe.      

Kouroukoukou roukoukou stach stach

Waka waka (This Time for Africa), Shakira (2010)

Un événement qui peut donner un (léger) coup de pouce pour faire un bon tube de l'été interplanétaire, c'est bien une coupe du monde de football. Et en 2010, c'est l'Afrique du Sud qui organisa la compétition. Le hit mondial s'appelle Waka waka. Shakira, rayonnante, a vendu près de 10 millions de disques, et la chanson a été number one dans 40 pays. La pétulante colombienne s'est (plus que fortement) inspirée de Zangelewa ("Qui t'a appelé?") , une chanson camerounaise. La chanson, parfois appelée Zamina mina, est très populaire en Afrique occidentale, notamment dans les forces armées les groupements de jeunes comme les scoutsLe refrain est chanté dans la langue Fang, un idiome parlé au Cameroun, au Congo-Brazzaville et en Guinée équatoriale. 

Et voici la version Shakira, vidéo qui a été déjà (modestement) vue près de deux milliards de fois. 

Tsamina mina eh eh
Waka waka eh eh

This Girl, Kungs (2016)

Il nous a fait un bon vieux recyclage, ce Kungs. Le succès de l'été 2016, le jeune DJ français (19 ans!) a été le chercher à l'autre bout de la Terre. En Australie, une chanson jazzy faisait alors se chalouper les koalas.    

Un soir d'errance sur la toile, Valentin Brunel (dit "Kungs", qui se traduit par "gentleman" en...letton) tombe sur cette ballade. Pas folle la guêpe, il bidouille le titre, l'accélère, y rajoute quelques notes de cuivres, le met sur une plate-forme de partage musical et hop, l'affaire est dans le sac. Numéro uno dans bon nombre de pays, dont les Etats-Unis. Elle est pas belle, la vie?   

Despacito, Luis Fonsi (2017)

Impossible de ne pas danser dessus les uns; véritable cauchemar auditif pour les autres, l’air entêtant de Despacito ne laisse en tous cas pas indifférent. Le clip est le premier a avoir été visionné plus de 5,3 milliards (!) de fois sur youtube. Nous espérons (pour elle) que ce n'était pas par la même personne. 

Y en un peu plus, je vous le mets?

"Axel F." par Crazy Frog (2005). La grenouille dingue doit sûrement être pote avec René la Taupe car c'est encore un phénomène de la téléphonie mobile. Une firme allemande reprend les bruitages de mobylette et le graphisme d'une élégance rare du batracien bleu, créés par des suédois, et y rajoute le thème musical du film Le flic de Beverly Hills. Axel F., le titre de ce "machin", fait référence au personnage Axel Foley, joué par Eddie Murphy.     

Ding Ding 

Samba di Janeiro (1997). Carton pour Bellini, qui comme son nom ne l'indique pas, est est un groupe... allemand. 

Ces soirées-là, de Yannick en 2000. Il s'agit de la reprise de Cette année-là, de Claude François.   

Me gustas tù. Manu Chao rythmera aussi l'été 2002, suivi l'année d'après par DJ Bobo et son Chihuahua.   

Bonus: La Macarena de Noël

Un tube de l'été, c'est bien l'été. Mais en hiver on fait comment? Et bien on met des clochettes dans la chanson. Merci Los del Rio... (accrochez-vous quand même à vos parasols). Sur ce, bonne fin de vacances, en musique.  

L'été s'ra chaud l'été s'ra chaud, 
Dans les t-shirts dans les maillots, 
L'été s'ra chaud l'été s'ra chaud, 
D'la Côte d'Azur à Saint-Malo,

(Eric Charden, 1979 )


Tout au long de l’été, la rédaction web de la RTBF vous raconte des histoires liées à des objets incontournables de l’été. D’où viennent-ils ? Que disent-ils de nous et de notre société ? Quels souvenirs font-ils remonter à la surface ? Le thermomètre, la tente qui se déploie en deux secondes, l’apéro, la crème solaire, les tubes de l’été qui vous ont fait danser ou encore ces émissions qui animent nos soirées télé estivales… Retrouvez tous les articles en cliquant ici.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK