Sicile: une application pour un tourisme sans mafia

Sicile: une application pour un tourisme sans mafia
Sicile: une application pour un tourisme sans mafia - © AddioPizzo

A Palerme, une association anti-mafia propose depuis début juillet une carte et une application pour localiser les commerces ayant choisi de ne pas payer le tribut à la Cosa Nostra. 

Comment rester respectueux et éthique, quand on débarque dans un lieu que l'on ne connait pas, pour quelques jours de vacances ? Vous vous interrogez peut-être sur votre rapport aux autres, quand vous voyagez.

A Palerme, une association active dans la lutte contre la mafia propose de faire du tourisme sans verser un centime à l'organisation criminelle.

Elle a lancé pour cela une application pour smartphones et tablettes.

Le très coloré marché du marché à Palerme et les cris des poissonniers est un passage obligé pour les touristes qui veulent découvrir la ville et ses traditions populaires. Mais en Sicile, lorsqu’on parle de traditions, la mafia n’est jamais bien loin, comme l’explique Fabio Franzella aux touristes qui participent à ces visites guidées de Palerme.

" Malheureusement, même dans les marchés populaires nous sommes confrontés à l’extorsion mafieuse car, même dans ces petits marchés, la mafia menace les gens pour contrôler le territoire. "

Echapper au "Pizzo"

Fabio est un guide anti-mafia pour L'association "AddioPizzo"qui lutte depuis 2004 pour inciter les commerçants de Palerme à ne plus céder au racket de la mafia. L'association est  active dans la promotion des acteurs économiques qui ont décidé d'échapper au "pizzo", la "taxe de protection" imposée par les mafieux aux commerçants.

Fabio propose une visite des lieux symboliques dans la lutte contre la criminalité, mais il veut surtout sensibiliser les touristes à ne pas alimenter les caisses de Cosa Nostra lors de leur séjour.

" Nous avons créé une application que vous pouvez télécharger sur votre téléphone, et vous trouverez ainsi la liste ajournée de tous les commerces qui adhérent actuellement à notre réseau éthique. Ils sont plus de mille commerçants. "

La mafia fait profil bas

Grâce à la géolocalisation, l’application Addiopizzo donne immédiatement l’adresse des commerçants qui refusent de se plier au clan mafieux. Les touristes savent qu’ils peuvent dormir, manger ou acheter des souvenirs sans alimenter les caisses de Cosa Nostra. Jusqu’à présent, la mafia n’a pas réagi violemment, comme l’explique Dario Riccobono, Président de Addiopizzo.

Addiopizzo a une grande visibilité. L’opinion publique a beaucoup de considération pour nos initiatives. La mafia préfère donc protéger ses affaires et travailler dans l’ombre. Un geste violent contre nous pourrait être contre-productif pour la mafia.

Depuis l’assassinat des juges Falcone et Borsellino en 1992, les touristes recherchent souvent des lieux symboliques liés à cette sombre période de la Sicile. Devant l’habitation du juge Falcone, ils se font photographier devant l’arbre de la mémoire sur lequel des milliers de messages accrochés honorent le sacrifice des juges palermitains. "C’est un devoir de venir rendre hommage à ces deux martyrs de l’Etat italien."

Rencontrer le fils d'un boss mafieux

Même si le tourisme anti-mafia prend de l’ampleur, la plupart des voyagistes continuent pourtant d’utiliser l’image légendaire des parrains de Corleone pour attirer les visiteurs amateurs de frissons. Un tour opérateur américain a même organisé des rencontres avec le fils d’un boss mafieux, ce qui a provoqué pas mal de polémiques à Palerme.

Dario Riccobono n'apprécie pas ce type de récupération: "La mafia est sans pitié. Elle pense à ses propres affaires et la mafia tue. Alors, réduire les mafieux à un personnage folklorique pour touristes qui tire des coups de fusil, c’est simplement offensant."

Visite d'une caserne

Dernièrement, une caserne des carabiniers installée dans une villa un peu particulière s’est ajoutée au tour anti-mafia. Et c’est le commandant Ciro Musto qui s’occupe de la visite: "Ici, il y avait une paroi en bois recouverte de velours, donc on avait l’impression que le couloir s’arrêtait ici. Mais, en réalité, il y avait une pièce totalement blindée."

Cette villa avec piscine et jardins à l’anglaise fut, en effet, la dernière cachette du boss Totto Riina, arrêté en 1993 et condamné pour les assassinats des juges siciliens. Sa villa est aujourd’hui le symbole des forces de l’ordre. De quoi expliquer aux visiteurs que, pour une fois, l’Etat a pris la place de la mafia.

L'initiative de cette association est bien d'actualité, car la police italienne annonçait hier l'arrestation de 11 membres présumés de la mafia en Sicile.

Cette carte et cette application s'ajoutent au guide déjà existant et s'adressent plus spécifiquement aux touristes. L'app permet de réserver des excursions ou de séjours garantis sans "pizzo". L'app Android est téléchargeable gratuitement ici, une version Apple sera bientôt disponible pour iOS.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK