Scandalisés ou railleurs, les internautes face à la main de la N-VA

Scandalisés ou moqueurs, les internautes réagissent à la main de la N-VA
Scandalisés ou moqueurs, les internautes réagissent à la main de la N-VA - © Tous droits réservés

La N-VA est à nouveau en campagne. Non pas électorale, mais promotionnelle. Histoire de donner au parti des nationalistes flamands un visage plus social, plus proche des gens. Les gens, justement, ont pas mal réagi sur les réseaux sociaux; des réactions très diverses qui n'étaient sans doute pas celles escomptées...

Au cœur de cette nouvelle campagne de la N-VA, on retrouve le "helfie", un mot-valise combinant "helpende helden" - les héros aidants, un titre à la Suske et Wiske, Bob et Bobette, qui étaient ne l'oublions pas, anversois - et, bien sûr, selfie.

Bref, Bart De Wever et ses troupes veulent faire la promotion "des héros qui aident à résoudre une situation en faisant preuve d'initiative", grâce à un nouveau geste : après le V de Verandering, Vooruitgang et Vlaanderen (Changement, Progrès et Flandre), c'est désormais une main jaune qui est brandie.

Sur les réseaux sociaux, les internautes n'ont pas manqué de réagir à cette nouvelle manœuvre marketing de la N-VA. La com des jaunes est tantôt pointée du doigt (voire des cinq doigts) pour son coût astronomique (1 million d'euros pour 3 mois de campagne), tantôt détournée comme pour montrer le "vrai visage" de la N-VA, tantôt moquée comme une campagne simplement ratée. Petit florilège.

Il y a tout d'abord ceux qui voient dans ce lifting marketing une évolution logique après les deux doigts du V, et s'essayent même à imaginer la prochaine campagne des nationalistes flamands, sans manquer de faire une allusion à la gestuelle fasciste.

"Discours de haine, dénigrement des syndicats, démantèlement du tissu social... Encore quelques années de "progrès", et nous serons prêts pour la troisième campagne de la N-VA."

"Les campagnes sont relatives."

Puis, il y a ceux pour qui cette main brandie est un signe clair de la part de la N-VA, qu'il s'agisse d'une main qui dit "Stop", d'une claque à venir, ou encore d'un doigt d'honneur non assumé...

 

"Brainstorming à la N-VA..."

- "Et ça ?"

- "Trop honnête."

"Il y a deux options. Vous pouvez 'parler' avec les gens : c'est la concertation; ou vous pouvez donner des claques aux gens : c'est le helfie."

"Typique de la N-VA, une main symbole de l'égoïsme qu'ils représentent, alors qu'ils laissent passer une chance historique..."

"Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration Francken donne une petite poussée dans le dos des réfugiés."

D'autres n'ont pas manqué de remarquer que le mot "helfie" existait déjà comme néologisme dans la langue de Shakespeare : une contraction de "hell" (l'enfer) et "selfie" qui désigne la pratique de prendre un autoportrait lorsque l'on a passé une journée pourrie ou quand, tout simplement, "sa vie est un enfer". Une définition aux antipodes du message que la N-VA souhaite faire passer aujourd'hui.

Autre définition existante, plus légère celle-là : un selfie qui consiste à montrer ses nouvelles coupes de cheveux. Du selfie capillaire encore bien loin du helfie que s'imaginaient les nationalistes du nord du pays.

Enfin, ils sont plusieurs à s'offusquer du prix - 1 million d'euros - de cette campagne qu'ils n'hésitent pas à qualifier de "débile", "inutile" ou encore "vide de sens".

Un coup de com rendu possible grâce aux subsides de l'État (dont le parti de Bart De Wever s'est taillé une plus grosse part après les dernières élections, à savoir 12 millions d'euros) et qui est aujourd'hui vu comme un mauvais investissement, du gaspillage...

"Maintenant je sais pourquoi toutes ces économies ont été nécessaires."

"Le #helfie, la main "d'aide" qui arrachera votre portefeuille ?"

T.M. (@thomasmignon)

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK