Scandale Facebook: perquisitions autorisées au siège de Cambridge Analytica

Un fourgon de police devant le siège de Cambridge Analytica
Un fourgon de police devant le siège de Cambridge Analytica - © TOLGA AKMEN - AFP

La justice britannique a donné vendredi au régulateur chargé de la protection des données privées l'autorisation de perquisitionner les bureaux londoniens de la société Cambridge Analytica, accusée d'avoir acquis les données de millions d'utilisateurs de Facebook sans leur consentement.

Le mandat de perquisition a été délivré par un juge de la Haute Cour de Londres, après une audience de plusieurs heures. L'Information Commissionner's Office (ICO) avait réclamé cette mesure pour pouvoir "fouiller les serveurs" de Cambridge Analytica et "effectuer une vérification des données".

"Nous nous réjouissons de la décision du juge et nous prévoyons exécuter le mandat sous peu", a réagi l'ICO sur Twitter, peu après l'annonce de cette décision.

L'ICO, une autorité indépendante chargée de réguler le secteur et de protéger les données personnelles, avait indiqué avoir demandé dès le 7 mars à Cambridge Analytica de pouvoir accéder à ses dossiers, mais ne pas avoir pas obtenu de réponse "dans les délais impartis". D'où sa demande de mandat.

50 millions d'utilisateurs concernés

Cambridge Analytica est accusée d'avoir récupéré à leur insu les données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook et de les avoir utilisées pour développer un outil informatique permettant de cibler des électeurs afin de peser dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016. L'entreprise affirme de son côté ne pas avoir mal agi.

"Toute personne connaissant notre personnel et notre travail peut en témoigner: nous ne ressemblons en rien à l'entreprise animée par des motivations politiques et contraires à l'éthique que certains ont tenté de dépeindre", a déclaré vendredi dans un communiqué le président intérimaire de Cambridge Analytica, Alexander Tayler.

Cambridge Analytica avait annoncé mardi la suspension de son patron Alexander Nix à la suite de "commentaires" de ce dernier enregistrés par la chaîne Channel 4 News, ainsi que d'autres "allégations" formulées à son encontre, qui "ne représentent pas les valeurs" de la société.

Polémique sur Facebook et l'utilisation de données personnelles au JT du 20/03

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK