Radiofréquences: les ondes qui nous entourent sont-elles dangereuses?

L'éternel débat sur les "risques" ou les "dangers" des ondes radio.
L'éternel débat sur les "risques" ou les "dangers" des ondes radio. - © EPA/ANDY RAIN

Téléphones mobiles, réseaux sans fil, appareils mobiles… toutes ces ondes sont-elle vraiment dangereuses? Le genre de sujet qui suscite toujours des réactions passionnées sans jamais parvenir à faire l’unanimité.

Depuis les années 90 sont apparus le GSM, Bluetooth, la Wi-Fi, la 3G, la 4G et la téléphonie résidentielle sans fil DECT. Malgré cette pléthore, en 20 ans aucune étude n’est parvenue à tirer une conclusion vraiment définitive sur leur dangerosité.

Pour l’OMS (l’Office Mondial de la Santé), il n’est toujours pas établi que le téléphone portable est à l’origine d’un effet nocif pour la santé. Dans la dernière étude réalisée dans le cadre d'"Interphone", l’OMS  évoque les signes d’un "risque" (pas d’un danger) de gliome  (cancer du cerveau)  et de méningiome supérieur chez les personnes qui utilisent intensément un téléphone portable. Soit une utilisation moyenne de 30 minutes par jour durant 10 ans. Mais cette même étude, dernière en date d’une longue série portants sur les risques à long terme, dit ne pas pouvoir tirer de conclusions définitives.

Les micro-ondes de la radiofréquence

La crainte à l’égard des GSM vient de la comparaison avec les micro-ondes. Car il s’agit bien de cela, comme toutes les ondes dont la fréquence est supérieure à 300 MHz. C’est le cas des GSM, de la Wi-fi, des modems, routeurs et de bon nombre d’accessoires sans fil.

En Europe, un GSM ne peut pas dépasser un débit d’absorption (par le corps humain) de 2W/Kg. C’est ce qu’on appelle le DAS (Débit d’Absorption Spécifique). Par comparaison, plaquer son bras contre la vitre d’un four micro-ondes en fonctionnement le soumet à 4 W/kg (le double). Mais à 30 cm du même four, le DAS chutera à 0,0056 W/Kg. (chiffres de l’Office fédéral de la Santé publique Suisse).

Ce DAS, est important dans la mesure où les revendeurs seront bientôt obligés de le révéler lorsqu’un client désirera acheter un nouveau téléphone. Le maximum autorisé est de 2W/Kg, mais dans la pratique, les smartphones se situent plutôt dans la zone de 0,4 à 1 W/kg. Le DAS est toujours indiqué dans la notice de l’appareil, mais il est aussi possible de le connaître avant de l’acheter, en indiquant simplement le mot DAS (ou TAS) suivi du nom d’un smartphone.

Les enfants davantage concernés

Comme utiliser un smartphone plus de 3 minutes provoque un échauffement des cellules situées à proximité de l’appareil, on considère que la morphologie des enfants dont l’organisme est en développement et le crâne plus petit, offre une moindre protection contre les rayonnements que chez l’adulte.

Dans le même temps, le Crioc (organisme de défense des consommateurs) a réalisé une étude qui révèle que 91% des jeunes de plus de 12 ans disposent déjà  d’un GSM.

Les personnes Électrosensibles au centre du débat

La conscience de l'électrosensibilité a émergé au cours des années ‘80, dans les pays scandinaves. A l’époque, les opérateurs assis devant un écran cathodique se plaignaient de divers symptômes. Aujourd’hui, les écrans LCD sont débarrassés du champ électromagnétique, mais le phénomène demeure. Les utilisateurs électrosensibles disent souffrir de maux de tête, d’insomnie et de réactions allergiques dès qu’ils sont à proximité d’un champ électromagnétique.

L’OMS considère depuis 2005 qu’il n’existe pas de base scientifique à cette électrosensibilité, mais selon des sondages, jusqu’à 6% de la population se déclarent électro-sensibles. 6% est le plus gros chiffre obtenu lors d’un sondage réalisé en Allemagne en 2002.

Quelques trucs pour ne pas s’exposer inutilement

L’une des règles élémentaires est de mettre son téléphone en mode "avion" lorsqu’il n’affiche plus que 1 ou 2 barrettes. Cela veut dire que la captation est mauvaise et que le téléphone va émettre avec plus de puissance pour se connecter à l’antenne.

Il est encore conseillé de limiter la durée d’une conversation sans fil à 2 minutes, d’utiliser un kit mains libres tout en conservant le téléphone loin du corps (et évitant les poches).

Pour les téléphones sans fil résidentiels, privilégiez les modèles portant le logo  "low radiation" qui n’émettent que durant l’utilisation du terminal.

Et enfin, avant d’aller dormir, éteignez toutes les sources d’émissions, surtout dans les chambres à coucher. En plus, cela fera des économies d’énergie

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK