Prix Rossel: Laurent Demoulin récompensé pour son roman "Robinson"

Laurent Demoulin a remporté le 74e prix Rossel
2 images
Laurent Demoulin a remporté le 74e prix Rossel - © YouTube - Ville de Nice

Laurent Demoulin a remporté le 74e Prix Rossel ce jeudi midi pour son roman "Robinson", paru aux éditions Gallimard. Laurent Demoulin est maître de conférences à l’Université de Liège et spécialiste, entre autres, de Roland Barthes et Francis Ponge.

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir) ainsi que de deux libraires, Sophie Roelants (A livre ouvert, à Woluwe-Saint-Lambert) et Frédéric Neve (Décalonne, à Tournai).

Le roman "Robinson" de l’auteur liégeois Laurent Demoulin , paru il y a presqu’un an, s’est tout de suite taillé une place dans le cœur des libraires et des lecteurs. Sans sensiblerie ni voyeurisme, l’auteur nous raconte le quotidien d’un père et de son fils autiste.

Ce premier roman est une boule de feu. C’est un cri d’amour d’un père pour son fils.

Laurent Demoulin nous raconte, dans de courts chapitres le quotidien avec son fils de 10 ans, autiste. Cet enfant ne parle pas. Il a son langage propre, les gestes, les mouvements, les cris, mais pas de mots, pas de phrases. Et l’homme qui décrit l’univers de son fils, c’est justement un grand spécialiste des lettres, il est professeur de littérature à l’université de Liège. Un chercheur, spécialiste d’auteurs comme Barthes, qui a toujours appris que ce qui définissait l’homme c’était le langage.

Alors quoi ? Son enfant est un petit homme, mais il ne parle pas. Et pourtant c’est un être humain. C’est cette interrogation qui l’a conduit à écrire ce roman. Chapitre après chapitre il raconte le bain, le coucher, l’habillage, la toilette. Ce qui pourrait sembler d’une banalité affligeante devient une aventure inouïe racontée par ce père aimant. Il raconte par exemple la fois où il devait donner une conférence sur Barthes à la Sorbonne. Et l’impossibilité à préparer cette conférence car le fils sentant sans doute la nervosité du père avait lancé dans sa chambre tout ce qu’il pouvait trouver.

L’histoire que nous raconte l’auteur ne nous laisse pas indifférent, bien sûr. Ces moments difficiles quand ils vont au supermarché et qu’il est obligé de le mettre dans le caddy parce que sinon c’est impossible. Le regard hostile des autres sur ce grand enfant dans le caddy. Et ce regard qui change quand l’enfant pousse ses drôles de cris. La difficulté à le calmer. Et puis cette douceur infinie qu’a cet homme pour ce Robinson. Quand il l’endort le soir, et qu’il sent le doigt du fils qui s’accroche au sien. Qu’il le regarde dormir avec sa belle tête d’ange. Il a un talent fou pour raconter tout ce qui se bouscule dans sa tête.

Il pose les mots justes. Un style magnifique, clair, poétique.

"Robinson" de Laurent Demoulin est paru aux éditions Gallimard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK