Prix Première du Roman graphique: "Petite Maman", l'histoire pudique et poignante d'une enfant battue

Petite maman
5 images
Petite maman - © Dargaud

Ce livre nous raconte l’histoire, au fil des ans et des âges, de Brenda, une enfant battue et pourtant aimante. Un vrai problème de société qui dépasse, et de loin, la simple anecdote !

Le canevas narratif de ce livre est, ma foi, assez simple… On suit le trajet de vie de cette gamine, on la voit grandir, aussi, se faire aider par un psy… On voit son entourage, sa mère, sa grand-mère, et ce qu’on croit souvent être une constante : le fait de reproduire les horreurs qu'on a vécues enfant... 

L’horreur, oui, la douleur… L’indicible réalité d’une enfance battue et pourtant sans cesse en recherche de l’affection de sa mère, elle qui, pourtant, se révèle être son bourreau quotidien. Et c’est dans ce portrait croisé de plusieurs femmes que se situe aussi le sujet de ce livre important à bien des points de vue : celui de parler de la femme, dans des couches de la société qui n’ont que rarement la parole, celui de nous montrer ce qu’est son rôle, sa place, ce que sont ses soumissions, dans un monde, le nôtre, de plus en plus déshumanisé.

Et Halim, l’auteur complet de cet album, nous livre ainsi une œuvre qui n’a rien de gratuit, à aucun moment, et qui évite tous les pièges de la facilité et du jugement à l’emporte-pièce !

Confrontés à la maternité ou à la paternité, en découverte d’amour ou de haine, d’indifférence ou de tolérance, nous sommes toutes et tous différents les uns des autres. L’existence n’est pas uniquement le résultat d’apprentissages de toutes sortes, elle est aussi la continuation de rêves, de réalités, de déceptions, de souvenances et de ces mille différences qui construisent à la fois l’humain et la société dans laquelle il vit.

Et la plus intransigeante de ces différences, Halim, dans ce livre, la nomme " Le Mal "… Une réalité, elle aussi, qu’il nous dessine sans faux-fuyants, sans faux-semblants…

Une bonne bande dessinée, qu’elle soit traditionnelle ou, comme ici, qu’elle choisisse la voie d’une certaine modernité, celle du roman graphique, c’est une osmose entre le texte et le dessin, entre le mouvement et les mots, entre les dialogues et les silences.

Et à ce titre, Halim se révèle être un excellent dialoguiste. Son dessin, simple et efficace, s’accompagne ainsi de mots parfois très crus, parfois très violents. Des mots qui, finalement, grâce au récit et au dessin, se font " positifs ". Des mots qui se font silence pour nous montrer Brenda, mère à son tour, oubliant sa fatigue et ses souvenirs pour sourire à son enfant qui pleure.

Ce livre est un roman, le roman d’une vie. C’est une bande dessinée, aussi. Et le prix que vient de lui décerner la RTBF est un prix offert à Halim, à son travail de pudeur, d’intelligence, d’observation et d’humanisme.

Un livre à découvrir et à faire découvrir !

 

Jacques Schraûwen

Petite Maman (auteur : Halim – éditeur : Dargaud)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK